vivre autrement : faire soi-même plutôt que d'acheter

Vivre autrement : comment acheter moins et mieux, faire soi-même quand on peut

Etre en meilleure santé, faire des économies et tenter d’abîmer un peu moins l’environnement, c’est possible. En achetant moins et mieux pour vivre autrement et en conscience. Même si je ne le fais pas pour parvenir au zéro déchet, je prends un grand plaisir à vivre autrement, à réfléchir à deux fois à ce que j’achète et pourquoi je l’achète. Qu’est-ce que j’y ai gagné ?  Une peau et des cheveux en pleine santé, plus de résistance aux maux de l’hiver, des économies et la conscience de mon impact sur mon environnement. Après presque 6 ans sur ce chemin, voici 31 produits du quotidien que je n’achète plus et comment je les ai remplacés. Dans cet article vous saurez pourquoi je les ai supprimés, combien vous pourriez économiser, et quelles alternatives s’offrent à vous.

La cuisine autrement : moins de déchets et des aliments plus qualitatifs

 

Rationaliser sa consommation passe en premier par la cuisine. Un français jette en moyenne 20 kg de nourriture encore consommable chaque année, dont 7 kg encore sous blister (source : ADEME).  Cela fait froid dans le dos.

Et ma poubelle de tri qui ne cesse de se remplir me déprime. Savez-vous que le tri est loin d’être aussi efficace qu’on le pense ? Tous les plastiques ne sont pas recyclables parce qu’on ne sait pas faire ou parce que ce n’est pas rentable. En fait, seulement 35 à 40% des déchets ménagers sont effectivement recyclés. Et où va le reste ? Il est enfoui, incinéré ou mis en décharge … (source : Zero Waste France). Il ne suffit donc pas de mettre de côté le plastique pour avoir bonne conscience.

 

Consommer autrement ce n’est pas que réduire ses déchets. C’est surtout consommer mieux

 

Nos aliments ont perdu beaucoup de leur valeur nutritive. C’est vrai pour les fruits et les légumes frais car les pesticides, l’agriculture intensive et l’allongement des circuits de distribution réduise leur teneur en vitamines et en minéraux.

Des travaux menés aux Etats-Unis sur 43 fruits et légumes, et publiés en 2004, indiquent que les concentrations ont baissé [NDLR depuis 1950] : 20 % pour la vitamine C, 15 % pour le fer, 16 % pour le calcium ou encore 6 % pour les protéines. (source : le Monde : Qualité nutritive des aliments, des inquiétudes et des exagérations.2016).  Pour creuser ce sujet, l’étude complète est ici.

Cela l’est encore davantage pour les produits préparés industriellement car le mode de préparation et de cuisson dégrade encore les précieux nutriments dont notre corps a besoin. Vous l’aurez compris, pour bien manger, mieux vaut acheter local (fraîchement cueilli), bio si possible et préparer ses repas soi-même.

10 produits que vous pourriez remplacer dans la cuisine

1- Les plats cuisinés et les préparations industrielles :

Ils contiennent trop de sel, de graisses saturées et souvent des ingrédients pas top. Leur processus de production fait qu’il reste peu de vitamines et de nutriments. Je n’achète que des ingrédients de base frais ou surgelés (j’évite les conserves autant que possible) pour préparer les repas moi-même. Sans faire forcément compliqué, je n’y passe pas des heures.

 

2- Les sodas :

Je les ai remplacés par des boissons fermentées naturellement : le kéfir et le kombucha (retrouvez ici la recette pour préparer du kéfir de fruits, et kombucha : comment le faire naître et préparer du kombucha maison)

mieux vivre autrement : boire du kéfir et kombucha maison, les boissons probiotiques pour entretenir sa santé

Kéfir et kombucha maison : les boissons probiotiques pour entretenir sa santé

3- Le sucre et les céréales raffinées :

Plus le sucre et les céréales sont raffinés, plus leur index glycémique augmente. C’est à dire qu’ils font monter rapidement le taux d’insuline dans le sang, et si le sucre est déjà en quantité suffisante, le corps va mettre en réserve ce sucre en trop (et où vont les stocks ?  …). Mais ce n’est pas tout, les vitamines et les minéraux dont le corps a besoin sont présents dans l’enveloppe des céréales. C’est quand même dommage de s’en passer, surtout quand on sait que les ingrédients raffinés irritent la muqueuse intestinale. C’est pourquoi, dans mes placards le sucre blanc a été remplacé par du sucre de canne blond (qu’on trouve dans les rayons bio et en vrac), la farine ½ complète ou complète Bio (T 80 et plus) remplace la farine blanche, et les pâtes et le riz ont pris une jolie couleur caramel depuis que nous les choisissons complets.

 

Ceux que j’ai supprimé pour leurs contenants ou leurs matériaux

 

Eponges lavables

Des éponges lavables

4. les éponges jetables :

Elles sont rapidement dégoûtantes : un nid à bactéries. Et en plus peu écologiques, issues de l’industrie pétrochimique.

Depuis que Laure m’a fait découvrir les éponges lavables, je ne m’en passe plus. Elles ont un côté microfibre, un côté abrasif. Et hop, un tour en machine tous les 3 – 4 jours et elles ressortent toutes propres. Vous en trouverez de très jolies faites main sur Etsy, dans les boutiques en ligne éco-conso ou sur Amazon par lot de 5 éponges lavables.

5. les pailles en plastique :

Nous avons adopté les pailles en bambou réutilisables. On trouve aussi des pailles en inox en magasin bio. Les pailles en plastique jetables finissent en grande partie dans l’océan. D’ailleurs elles seront interdites dans l’Union Européenne en 2021, et dès maintenant on trouve facilement des alternatives durables.

vivre autrement : un verre de kombucha maison avec une paille en bambou

Un verre de kombucha maison avec une paille en bambou

6. les dosettes de café :

J’ai une machine à café à percolateur. Je trouve qu’au goût, pour les amateurs de café un vrai expresso c’est autre chose. Et puis j’ai la chance d’avoir à côté de chez moi un vrai torréfacteur artisanal, oui, oui ! Il choisit des grains avec le souci de l’équité envers les producteurs et de la qualité de la production, et il torréfie lui-même dans son atelier lyonnais. Son café sent divinement bon, les packagings sont jolis et cerise sur le gâteau, il livre ! Pour les lyonnais, faites un tour sur la boutique de la Brûlerie Verte ☕. Mais vous le savez, j’assume aussi mes contradictions, et au bureau c’est machine à café partagée. Quoi que je pourrais apporter un thermos.

 

lot de boites de conservation alimentaire en verre

Plus de plastique dans la cuisine : des boites de conservation en verre

7. les boites de conservation en plastique :

Au contact des aliments chauds ou au froid (congélateur), des particules (qui sont souvent des perturbateurs endocriniens) peuvent migrer dans les aliments, surtout si vos tupperware sont vieux et abîmés. Je les ai remplacés par des boites de conservation en verre, et j’ai gardé deux grands formats en plastique pour y ranger la salade lavée.

8. les tisanes et les thés en sachets :

Sur-emballés et mal dosés. Le thé, je le choisis en vrac et pour les tisanes je fais mes propres mélanges de plantes séchées que j’achète dans une herboristerie ou que je cultive dans le jardin.

9. Les yaourts nature et les confitures :

C’est tellement meilleur quand c’est fait maison. Et avec une yaourtière c’est vite fait.

10. les bouteilles d’eau :

Fini les bouteilles en plastique, nous purifions l’eau du robinet avec du charbon végétal. Pour en savoir plus consultez cet article eau du robinet ou en bouteille, laquelle choisir ?

vivre autrement : filtrer l'eau du robinet avec du charbon

Je filtre l’eau du robinet avec du charbon végétal

 

Le ménage : s’intoxiquer pour nettoyer son logement, à quoi bon ?

 

Mes produits ménagers naturels

Je n’aime pas particulièrement faire le ménage, mais depuis que je fabrique TOUS mes produits ménagers moi-même finalement j’y prends presque plaisir.

Une étude récente de 60 million de consommateurs, épingle à nouveau les produits ménagers pour leur toxicité. Et une étude norvégienne démontrait en mai 2018 que faire le ménage avec des produits nettoyants synthétiques endommageait autant les poumons que fumer un paquet par jour (American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine).

Cela fait longtemps que je suis passée au ménage au naturel. D’ailleurs, je vous offre mon Guide du ménage au naturel pour retrouver toutes les recettes.

vivre autrement : le guide du ménage au naturel

Cliquez sur l’image pour recevoir gratuitement le guide du ménage au naturel.

Le ménage autrement : 8 produits d’entretien que je fais moi-même

  1. la lessive : chère et irritante pour la peau, j’ai abandonné depuis longtemps la lessive industrielle. Je prépare ma lessive maison au savon (voir la recette de lessive maison)
  2. l’adoucissant pour le linge : nocif pour l’environnement aquatique et potentiellement allergène (ce sont les parfums qui sont en cause), j’assouplis mon linge avec une recette toute simple d’adoucissant.
  3. la crème à récurer : je prépare une pierre d’argile maison avec quelques gouttes d’huiles essentielles. Très efficace pour nettoyer la salle de bains et les surfaces en pierre.
  4. le produit nettoyant pour les vitres : je lui préfère une alternative très économique : vinaigre blanc et eau.
  5. le nettoyant pour les sols : j’ai investi dans un balais vapeur et pour le reste du temps un peu de savon noir dans de l’eau chaude font très bien l’affaire.
  6. le nettoyant pour les plaques vitrocéramiques : du bicarbonate sur une éponge humide et la saleté ne résiste pas. Le bicarbonate nettoie sans rayer la surface. Pour l’entretien courant j’utilise mon spray nettoyant pour les vitres (au vinaigre) avec un chiffon.
  7. le gel détartrant pour WC : du vinaigre blanc, du gros sel et du bicarbonate
  8. le nettoyant multi-usages : tout simplement de l’eau et du vinaigre ou de l’eau avec du bicarbonate de soude, ainsi que des huiles essentielles désinfectantes. Retrouvez ici la recette du nettoyant multi-usages.

Je ne parle même pas des produits anticalcaires. Si vous avez bien suivi, vous saurez par quoi je l’ai remplacé.

Côté budget :

J’ai divisé presque par 4 mes dépenses en faisant moi même mes produits d’entretien (avant : 221 € par an, après 55€ *). Et encore, j’ai compté large pour les ingrédients de base que je consomme sur une année.

slow life : les ingrédients du ménage au naturel

Slow life : Les ingrédients du ménage au naturel

Prendre soin de soi autrement : se faire du bien avec les plantes et les ingrédients naturels

 

Dans les cosmétiques se cachent beaucoup d’ingrédients nocifs à long terme ou douteux (consultez cet article pour en savoir plus : Cosmétiques comment les choisir clean ?).

Je n’achète quasiment plus rien, et en plus je peux personnaliser mes cosmétiques maison selon les besoins de toute la famille.

  1. la crème pour le corps : je prépare un beurre corporel maison ou une crème karité fouettée  (cliquez sur les liens pour voir les recettes)
  2. la crème visage : c’est un plaisir de pouvoir cibler ce dont la peau à besoin et lui confectionner une crème sur-mesure avec des huiles végétales et des huiles essentielles bien ciblées, comme cette recette de crème visage spéciale peaux sèches.
  3. les stick à lèvres : vous pouvez adapter cette recette avec une huile végétale de votre choix (recette de baume à lèvres naturel)
  4. le lait démaquillant : une huile démaquillante maison à partir d’huiles végétales est rapide à préparer et bien meilleure pour la peau
  5. les savons ou les gels douche du commerce : dans un gel douche il y a beaucoup d’eau et des ingrédients qui sont irritants pour la peau (j’en parle dans cette vidéo). Depuis que je fais mes savons moi-même ma peau et celle de la famille est plus douce, moins sensible et nous n’avons quasiment plus d’eczéma.
  6. le déodorant : en version solide, j’ai une recette de déodorant maison version été et une version hiver.
  7. le coton : très consommateur en eau, je lui ai préféré des lingettes démaquillantes lavables en bambou ou en eucalyptus.
  8. l’eau micellaire pour les enfants : on y trouve aussi des tensioactifs irritants et parfois des perturbateurs endocriniens. Pour les enfants je prépare de l’eau micellaire maison naturelle.
  9. les tampons : finis depuis que je suis passée à la cup, pas si difficile à maîtriser.
  10. les vêtements : j’en achète de moins en moins, par envie et parce que le fast fashion ne fait pas de sens pour moi.

 

Economies réalisées :

C’est moins spectaculaire que pour les produits ménagers car les ingrédients naturels de qualité sont plus chers. Pour fabriquer plutôt que d’acheter ces 9 produits cosmétiques, j’économise un peu plus de 100€ par an. (Avant : 280 €, après : 175 € *).

 

vivre autrement : choisir un savon naturel pour se laver

Remplacez les gels douche par des savons à froid

Du côté des enfants : expliquer et semer des petites graines

J’ai supprimé progressivement :

  1. la vaisselle en plastique des enfants : on pensait être tranquille avec l’interdiction du Bisphénol A, son remplaçant est potentiellement encore plus dangereux, d’après une étude de l’école vétérinaire de Toulouse sur les porcs. J’ai jeté les bols et verres en plastique, et tant pis s’il y a de la casse …
  2. les gels douche et les crèmes conventionnelles : depuis qu’ils sont petits, ils se lavent au savon maison et au shampoing bio. Pour les petits bobos se sont huiles de massages et baumes maison.
  3. les bouteilles d’eau pour le goûter : des gourdes en inox et une boite à goûter pour limiter les emballages.

 

Mes flops à travailler encore

  • l’essuie tout : nous avons encore du mal à nous en passer
  • les yaourts aromatisés :  je fais mes yaourts maison mais je n’ai pas trouvé de recette qui permette de supprimer les yaourts aromatisés hyper sucrés des enfants. Mais j’y arriverai !
  • les cotons tiges : je n’arrive pas à passer à l’oriculi. Avez-vous essayé ?
  • les biscuits du goûter : mon challenge cette année c’est de faire mes gâteaux maison et de traverser l’année scolaire sans goûter d’école cracra ! D’ailleurs si vous avez des recettes, je suis preneuse.
  • les pastilles pour lave-vaisselle : un de mes plus gros flop en recherche d’alternative naturelle. Voir mon article : la vérité sur les pastilles lave-vaisselle maison
  • le lait : je rêve de pouvoir recharger des bouteilles en verre avec du bon lait frais, plutôt que de remplir la poubelle jaune avec des briques en carton …
  • les jouets et les objets du quotidien : on essaye de réduire, de donner, de réparer …
  • le maquillage :  je ne fais pas encore tout moi-même. il m’en reste beaucoup dont la composition laisse à désirer mais j’essaye de finir mes stocks.

 

Minimalisme, zéro déchet, écologie, DIY… Tout ceci va dans le même sens. Quel que soit le déclencheur qui vous mène sur ce chemin, à un moment où un autre l’envie de vivre autrement et de faire ses propres choix de consommation se fait sentir. Et le changement s’opère vers un mode de vie plus lent, en conscience et délibérément différent.  Pour approfondir ce sujet je vous invite à lire l’article : Et si nous envisagions la décroissance ?

 

Et vous, où en êtes-vous ? Qu’est-ce que vous avez remplacé par une alternative naturelle ou durable ?

 

* Méthode de calcul pour mes dépenses avant / après :

Pour chaque produit j’ai pris en compte la fréquence d’achat sur une année, le prix d’achat moyen (source : Monoprix.com), la composition des produits de remplacement faits maison et leur prix d’achat (magasin bio ou boutiques en ligne).

Photo : Rawpixel.com – Pexels
Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  • 3
  •   
  • 3
    Partages
4 réponses
  1. Laurence
    Laurence dit :

    J’ai trouvé une alternative au dosettes de café ( en fait deux) : soit tu fais tes dosettes toi-même, soit tu remplaces le porte-dosettes par un spécial café moulu.
    Pour les dosettes, tu peus les fabriquer avec de l’essuie-tout (on ne le lâche pas celui-là) : deux disques, un de la taille du porte-double dosettes (fond et côté compris)et un autre qui fera office de couvercle.
    Tu mets le premier morceau dans le porte-dosettes, tu remplis de café moulu, pas plus haut que les bords et en tassant un peu, tu mets le deuxième morceau.
    Ça ne doit pas dépasser, sinon tu bloques la machine et il faudra attendre 24h pour qu’elle “décompresse” : Super ! Tout le monde va t’adorer après ça !

    Ou bien, tu les fabriques avec du tissu ni trop épais, ni trop fin pour que le café ne s’échappe pas et que l’eau passe ! Il y a pleins de tutos sur internet.

    Ou bien tu les achètes toutes faites sur le net, tout comme le porte-dosettes spécial ( pour lui, bien noter le n° du modèle, sinon c’est risqué pour trouver celui qui va du premier coup chez http://www.coffeeduck.com)

    Répondre
  2. Anne-Christine
    Anne-Christine dit :

    Merci pour cet article hyper complet ! Une mine d’informations ! J’ai découvert grace à toi les éponges lavables… après les couches et les lingettes démaquillantes, je me demande comment je n’y avais pas pensé !! Je vais essayer de ce pas :)

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *