Plantes médicinales

Connaître et utiliser les plantes médicinales pour préserver votre santé

Comment utiliser la Bourrache officinale

La Bourrache officinale. Vous avez déjà entendu son nom si vous avez commencé à vous intéresser aux bienfaits des plantes pour la peau. En voici une qui mérite toute votre attention, et qui pourtant n’est pas aussi simple d’utilisation qu’elle n’y paraît. Qui s’y frotte s’y pique ! La Bourrache est comestible, mais elle contient des composants nocifs pour le foie … Adoucissante et cicatrisante pour la peau, mais ses poils sont irritants… Comment employer la bourrache pour la peau ? Voyons un aperçu des bienfaits de la bourrache et des façons de la préparer dans vos recettes maison.

Lire la suite

huile de paquerette

La Pâquerette : les enfants en font des colliers, mais les adultes feraient bien d’y prêter attention. Cette jolie Pâquerette qui fleurit au début du printemps peut nous rendre bien des services. La Pâquerette est une petite merveille : anti-inflammatoire, cicatrisante, anti-ecchymose, stimule la micro-circulation… C’est aussi une huile de référence pour les peaux matures. Dans cet article je vous montre comment préparer votre huile de Pâquerette et comment l’utiliser avec des recettes faciles à base de plantes.

 

Pourquoi cueillir la Pâquerette ?

Un baume à la Pâquerette pour soulager les coups et réduire les hématomes

Elle associe trois propriétés intéressantes pour les coups et les ecchymoses : la Pâquerette est anti-inflammatoire, réparatrice cutanée et elle stimule la microcirculation. Elle sera ainsi utile pour éviter la stagnation du sang lorsqu’on se cogne.

On pourra la préparer dans un baume, associée à des huiles essentielles qui aideront à calmer la douleur, à résorber l’hématome et à réparer la peau abimée (bleus, coups, brûlures ...). Je vous avais dit que la Pâquerette était une petite merveille :)

Paquerette (Bellis perennis)

La Pâquerette (Bellis perennis)

Ma recette de baume des bleus et des coups

Ingrédients pour 50 g

  • 42 g de macérât huileux de Pâquerette (voir recette plus bas)
  • 6,5 g de cire d’abeille
  • 15 gouttes d’huile essentielle de Lavande fine
  • 10 gouttes d’huile essentielle d’Hélichryse italienne
  • 5 gouttes d’huile essentielle de Laurier noble (pour les adultes uniquement)

 

Préparation

  • Faites fondre au bain-marie la cire d’abeille dans l’huile de Pâquerette
  • Hors du feu, quand le mélange a un peu refroidi : ajoutez les huiles essentielles et mélangez bien pour les intégrer
  • Coulez immédiatement dans un pot
  • Laissez refroidir complètement avant de fermer le couvercle
  • Etiquetez : “Baume coups et bosses. Adultes + date de préparation

Ce baume à l’huile de Pâquerette se conserve 1 an, à l’abri de la lumière et de la chaleur.

 

Utilisation et précautions d’emploi

L’huile essentielle d’Hélichryse italienne est à éviter pendant la grossesse. L’huile essentielle de Laurier noble ne doit pas être employée chez les enfants de moins de 6 ans. Ne pas employer de baume à la Pâquerette si vous êtes allergique aux plantes de la famille des Astéracées (Arnica, Calendula …).

Pour l’utiliser : prélevez un peu de ce baume avec le doigt et appliquez en massage sur l’ecchymose. A renouveler plusieurs fois par jour.

 

Comment adapter ce baume pour les enfants ?

Pour les enfants (à partir de 6 ans) on mettra très peu d’huile essentielle, et seulement celles qui sont bien tolérées.

Je vous propose d’associer dans ce baume 5 gouttes d’huile essentielle de Lavande fine et 3 gouttes d’huile essentielle d’Hélichryse italienne. N’appliquez pas ce baume sur une plaie ouverte (coupure, égratignure) car cela pourrait piquer.

baume des bleus et des coups à l'huile de paquerette

Baume des bleus et des coups à l’huile de Pâquerette

L’huile de Pâquerette pour tonifier les peaux mâtures

La Pâquerette c’est la plante qu’on associe aux peaux mâtures : son macérât huileux est particulièrement apprécié pour tonifier la peau en manque d’élasticité. On pourra donc fabriquer notre huile de Pâquerette et l’appliquer en massage sur le buste, le cou et sur le visage.

Vous pouvez associer cette huile à d’autres huiles végétales (bourrache, avocat …), et à des huiles essentielles pour augmenter son efficacité (voir ma recette plus bas).

 

Une recette toute simple d’huile tonifiante pour le buste à la Pâquerette

  • Versez 50 ml de macérât huileux de Pâquerette dans un flacon en verre opaque
  • Ajoutez 10 gouttes d’huile essentielle de Lavande fine, et 5 gouttes d’huile essentielle de Ciste Ladanifère. (Si vous supportez l’odeur, vous pouvez ajouter 3 gouttes d’huile essentielle de Carotte sauvage)
  • Versez 2 gouttes de vitamine E (ou une capsule)
  • Secouez doucement
  • Etiquetez : “Huile pour le buste. Macérât de Pâquerette (Bellis perennis) + date de préparation

Cette huile à la Pâquerette, tonifiante pour le buste , se conservera 6 mois à l’abri de la lumière et de la chaleur.

 

Comment l’appliquer ?

Prélevez quelques gouttes d’huile dans le creux de la main, chauffez-la en frottant vos paumes puis appliquez en massages circulaires sur la peau du buste et du cou, matin et soir.

Et pour faire d’une pierre, deux coups : vous pouvez aussi utiliser cette huile de massage comme sérum visage avant votre crème de jour.

recette d'huile de paquerette

Un macérât de Pâquerette pour calmer les peaux irritées

Dernière utilisation de la Pâquerette que je vous propose (on pourrait en imaginer d’autres, mais il faut bien s’arrêter !) : c’est pour calmer les irritations et l’inflammation de la peau.

Pour qui ?

Ceux qui souffrent régulièrement d’eczéma, de psoriasis ou d’allergies cutanées.

Dans ces cas-là, il y a une poussée inflammatoire : la peau est rouge, et ça gratte. Pour éteindre le feu, la cortisone est souvent bien utile malgré toutes les réticences que j’imagine bien à son utilisation. Mais il faut d’abord soulager et éviter que la peau ne soit très abîmée par le grattage.

 

Comment l’appliquer ?

Dans la journée en complément, puis quand la peau va mieux : l’huile de Pâquerette peut être massée sur les zones irritées.

Inutile de faire compliqué : appliquez juste votre huile de Pâquerette, en massages doux sur la peau.

 

Pourquoi je choisis la Pâquerette pour les peaux irritées ?

Pour ses propriétés cicatrisantes et anti-inflammatoires : la Pâquerette permet de réparer la peau et de calmer en même temps l’inflammation. Simple et efficace.

On pourrait lui ajouter d’autres plantes comme un macérât de Matricaire (anti-inflammatoire et calme les démangeaisons) ou de Plantain surtout quand l’irritation est liée à une allergie.

 

Précautions d’utilisation

Les personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées (Camomille, Pissenlit, Souci…) devraient éviter d’employer la Pâquerette, quelle que soit la forme choisie.

 

Comment préparer votre huile de Pâquerette ?

 

Etape 1 : cueillir les Pâquerettes

Choisissez un lieu de cueillette qui n’est pas exposé à la pollution (évitez les bords de route, les parcs où les animaux se promènent). Idéalement : votre jardin ou une prairie fleurie.

Pour fabriquer votre huile de Pâquerette, il vous faudra l’équivalent d’un bol de fleurs fraiches. Ramassez-les en fin de matinée, quand la rosée s’est évaporée et que la fleur est bien ouverte. Vous pouvez cueillir certaines Pâquerettes encore en boutons et d’autres ouvertes. Ne ramassez pas toutes les plantes que vous trouvez ! Pensez à pratiquer une cueillette respectueuse (voir ici les bonnes pratiques de la cueillette des plantes.)

 

Etape 2 : le séchage

Coupez une partie de la tige pour ne conserver que la fleur (le capitule). Etalez vos Pâquerettes bien à plat sur un linge propre, et laissez-les sécher à température ambiante. Il faudra compter 3 à 4 jours pour qu’elles soient bien sèches, un peu plus si vous avez beaucoup de boutons floraux. La fleur est sèche quand on la sent un peu cassante quand on la froisse entre les doigts.

 

Etape 3 : préparer votre huile de Pâquerette

Versez vos Pâquerettes dans un bocal en verre propre. Tassez-les doucement avec la main et recouvrez d’huile végétale.

 

Quelle huile végétale choisir ?

Pour employer ce macérât de Pâquerette dans mes cosmétiques, je préfère lorsqu’il est réalisé avec une huile végétale pénétrante : Sésame, Amande douce, Macadamia, Carthame (sauf si vous êtes allergique aux Astéracées).

Eventuellement une huile de Tournesol, mais en lui ajoutant de la vitamine E (antioxydante) quand vous filtrerez votre macérât (15 gouttes de vitamine E pour 100 ml d’huile de Pâquerette filtrée).

 

Quelle quantité d’huile végétale faut-il verser ?

Ne pesez pas l’huile. Il faut que votre huile recouvre complètement les Pâquerettes dans votre bocal. Vous pouvez vérifier le lendemain que toutes les plantes sont bien sous l’huile.

Je vous recommande de ne pas fermer le bocal hermétiquement. Placez plutôt dessus un linge tenu en place avec un élastique. Cela permettra aux traces d’humidité de s’échapper.

 

Etape 4 : la macération

Pour préparer un macérât huileux de plantes, sauf quelques rares exceptions (le Millepertuis), contrairement à ce que vous pourrez lire sur internet, je protège les plantes de la lumière du soleil. La plupart des composants des plantes sont sensibles à l’oxydation et se détériorent sous l’exposition aux UV.

 

Pourtant il faut un minimum de chaleur pour pouvoir extraire les molécules des plantes dans de l’huile, vous allons probablement devoir placer votre bocal de Pâquerettes devant une fenêtre.

Donc, pour les protéger : recouvrez votre bocal d’un sac en papier (ceux que vous avez au marché avec les légumes).

 

De temps en temps, quand vous y penserez, vous agiterez doucement le bocal pour que toute l’huile soit au contact des plantes. Et au bout de 4 à 6 semaines, votre huile de Pâquerette est prête !

(Si c’est trop long : faites votre macérât huileux à la yaourtière, pendant 2 jours).

 

Allez, un peu de patience. Cela en vaut le coup ! La prochaine fois, je vous montrerai comment filtrer votre macérât de Pâquerettes.

 

Et vous, avez-vous des Pâquerettes dans votre jardin ? Vous savez où en trouver ?

 

gui plante magique

Un baiser sous le Gui, et bonne année???? ! Mais pourquoi donc ? Le Gui est une plante pas comme les autres. Elle s’embarrasse peu des contraintes de la vie végétale, pousse comme cela lui chante, vers le bas si cela lui plait, et ne met jamais le pied par terre. Le Gui : plante libre, intrigante, magique et puissante. C’est aussi une grande médicinale qui agit au cœur de nos cellules et peut même en être toxique. Prenez votre serpe, une bonne échelle, et par une nuit de nouvelle lune allons cueillir le Gui à la manière les druides. Ne le faites pas, vous avez plus de chances de vous casser une jambe ! Mais si vous la croiser à votre portée, lisez ce qui suit et vous saurez l’apprivoiser.

Lire la suite

Tisane detox : être en forme pour le printemps

Le printemps arrive beaucoup plus tôt dans la Nature que dans notre calendrier… Quand l’énergie commence à remonter dans les plantes, nous sommes encore tout raplapla des fêtes, de la fatigue accumulée et de l’alimentation plus riche de l’hiver. Si vous ressentez de la fatigue, du mal à digérer ou encore du mal à dormir, c’est peut-être le signe que votre corps a besoin d’un petit coup de pouce (ou d’un ménage de printemps ;). Avec une alimentation de saison et des plantes bien choisies, aidez votre corps à s’adapter au changement de saison. En cure de printemps, je vous propose une tisane detox pour nettoyer le foie, vous alléger et gagner en vitalité.

Lire la suite

Genet a balais

Et si nous partions ensemble à la découverte des plantes communes, sous un angle un peu différent ? Cela m’a toujours fascinée à quel point les anciens avaient l’intuition et une connaissance précise des plantes ! Leurs vertus magiques et symboliques sont si proches des modes d’action connus aujourd’hui. C’est ce regard au travers du temps et le lien entre folklore, magie et phytothérapie que j’ai envie d’explorer avec vous. J’espère que le voyage vous plaira … Commençons avec la plus emblématique : le Genêt à balais, Scotch broom en anglais. Le balais de sorcière : fabriqué avec des rameaux de cet arbuste commun et plutôt envahissant. Ouvrez les yeux, il vous faudra peu de temps pour le repérer. Le Genet à balai, plutôt toxique dans l’ensemble et hautement symbolique, est une plante qui fait circuler le sang … et les mauvaises énergies.

Lire la suite

coup de froid : les solutions à base de plantes

Quand la température fait le yoyo et qu’on ne prend pas garde, le coup de froid est vite arrivé. Nez qui coule, la gorge qui gratte, un vague mal de tête … vous vous reconnaissez dans cette description ? Sans penser tout de suite au Covid-19, c’est peut-être tout simplement le début d’un rhume ? Et bonne nouvelle, notre corps sait s’en sortir tout seul au bout de quelques jours. Ce qui n’empêche pas de lui donner un coup de main avec les plantes. Dans cet article vous apprendrez quelle est ma méthode à base de plantes spécial coup de froid (pour les adultes comme pour les enfants) et comment la mettre en place chez vous. Ne vous attendez pas à une recette miracle, ni un remède universel. Juste ma tambouille familiale qui a fait ses preuves : une infusion de plantes, les produits de la ruche et quelques huiles essentielles. Il suffit de savoir les choisir et les doser pour traverser sans encombre un coup de froid.

Lire la suite

achillee millefeuille utilisation médicinale

Certaines plantes sont tellement utiles et polyvalentes qu’on devrait toujours en avoir chez soi. L’Achillée millefeuille en fait partie. L’été, si on observe bien, on trouve l’Achillée en abondance en bordure des chemins et dans les prairies. Cette jolie plante sauvage et aromatique est LA grande amie des femmes : elle soulage les crampes et douleurs des règles et accompagne un cycle capricieux. C’est aussi une plante connue pour ses propriétés cicatrisantes et hémostatiques (elle stoppe les saignements). Elle fait encore tellement d’autres choses ! Dans cet article je vous explique deux grandes utilisations de l’Achillée millefeuille et comment la préparer chez-vous.

Lire la suite

Otite que faire avec les plantes

Avec l’été, et la saison des baignades revient aussi le temps des otites, surtout pour les enfants qui mettent beaucoup la tête sous l’eau. Une otite est très douloureuse mais peut être soulagée rapidement avec des remèdes naturels. Évidemment c’est toujours le soir, la nuit ou le week-end que la douleur commence à monter. Et c’est là qu’on se demande que faire pour une otite ? Et quand on ne peut pas consulter tout de suite un médecin il faut bien arriver à calmer la douleur et traiter l’infection. Dans cet article, je vous propose 2 solutions naturelles pour soulager l’otite des enfants.

Lire la suite

formation produit naturel

Vous étiez plein de motivation et de bonne volonté. Vous avez trouvé une recette sur internet pour remplacer X ou Y et avez acheté tout le matériel. Et de retour chez vous, vous suivez la recette à la lettre. Tout content, vous avez hâte d’utiliser votre nouveau produit naturel. Mais là, au moment du test de la réalité, ça ne marche pas. La tisane que vous avez préparée pour soigner votre rhume naturellement est juste infecte, et au bout de 2 jours à vous forcer il faut bien aller chez le médecin. Ça ne va pas mieux. Le shampoing maison vous a donné les cheveux tous secs et une belle irritation. Vous voyez de quoi je parle ? L’envie d’abandonner et de baisser les bras ? Dans cette vidéo, j’ai un message particulier pour ceux qui sont découragés et qui ont envie d’abandonner leur transition vers le naturel. Je vous explique quelles sont les raisons qui conduisent à l’échec, et 4 conseils pour réussir à vous rapproprier les plantes et les ingrédients naturels pour préserver votre santé. Et oui, c’est possible et ça marche :)

Lire la suite

Lavande fine, lavande officinale : préparer une huile de lavande maison

Trop commune l’huile essentielle de lavande ? Tout le monde la connait et on sait presque d’instinct qu’elle est utile pour quasiment tout. Mais savez-vous quoi faire avec des bruns de lavande ? Si on cherche un peu plus loin que les pochons pour parfumer les armoires, la lavande est une plante majeure de l’herboristerie familiale. D’une année sur l’autre je la récolte et la conserve dans de grands bocaux, dans lesquels je puise toute l’année pour mes tisanes, mes cosmétiques et même les savons. Et de loin, ma préparation préférée, c’est le macérât de lavande. Facile à préparer et ultra polyvalent, c’est un concentré de bienfaits en bouteille que vous pourrez décliner sous de nombreuses formes. Cela vous dit ? Dans cet article je vous explique comment préparer votre huile de lavande maison, et comment l’utiliser seule ou avec des huiles essentielles pour vous rendre de nombreux services toute l’année.

Lire la suite