Les erreurs classiques en cosmétiques maison

6 erreurs classiques quand on fait ses cosmétiques maison

Sur les conseils d’une amie, ça y est, vous vous êtes décidé à fabriquer votre crème vous-même. Après avoir navigué de chaîne en chaîne et de blog en blog, vous avez finalement sélectionné une recette. Vous avez rempli un plein panier d’huiles, de poudres et d’ingrédients dont vous n’aviez jamais entendu parler avant. Puis vous vous installez, vous suivez scrupuleusement la recette. Mais le résultat n’est pas à la hauteur de vos espérances. Avez-vous déjà ressenti ce mélange de déception et d’énervement et l’envie de tout jeter ? C’est normal. Tout le monde passe par là. Même si la fabrication de cosmétiques maison ressemble de loin à une recette de cuisine, vue de près c’est un travail de précision. Et tant qu’on ne le sait pas, on a de grandes chances de tomber dans l’un des 6 faux-pas de la cosmétique DIY. Dans cet article vous verrez quelles sont les erreurs les plus fréquentes et ce que vous devez faire pour réussir vos cosmétiques naturels. Je vous ai même préparé une infographie à télécharger et à partager.

 

Le résultat ne ressemble pas du tout à la photo de la recette ?

Erreur n°1 : mauvais dosage

Préparer une crème avec une balance de cuisine c’est un peu comme si vous essayez de tricoter avec des moufles. Pourquoi ? Les balances de cuisine pèsent au gramme près, et encore … pas toujours de façon très précise. Cela ne pose pas de problème quand on cuisine un gâteau. Ce ne sont pas de 2 grammes de farine qui feront une différence.

Mais dans une crème de jour, 10 grammes d’huiles végétale ou 12 grammes cela n’est pas du tout la même chose. Un peu trop de fécule ou de bicarbonate de soude dans votre déodorant, et il sera trop dur ou trop abrasif.

Deuxième problème avec les balances de cuisine : leur sensibilité. Pour peu que vous l’ayez posée sur une surface pas très stable ou trop près du coin le paquet d’argile et vous obtenez une belle erreur.

Et le truc qui m’agace le plus, c’est quand elle s’éteint en plein milieu d’une pesée parce que vous avez pris trop de temps !

La balance de cuisine, définitivement ce n’est pas une bonne idée pour vos cosmétiques maison.

Vous pouvez tout à fait commencer comme cela, en ayant en tête le risque d’erreur. Ensuite, si l’expérience des cosmétiques maison vous a plu, vous pouvez investir (15 à 30 €) dans une balance de précision : 0,01 à 500 grammes comme celle-ci. C’est vite rentabilisé en vous évitant de jeter à la poubelle 100 grammes de crème pour le corps ratée.

Vous avez aussi la version balance de poche, que l’on trouve sur la boutique slow-cosmétique.

 

6 erreurs classiques en cosmétique maison

Cliquez ici pour télécharger cette infographie et la partager par e-mail. Pour la poster sur vos réseaux sociaux, cliquez sur l’image.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Vivre autrement : comment acheter moins et mieux, faire soi-même quand on peut

Erreur n°2 : ça baigne dans l’huile

A part si vous vous cantonnez aux huiles de massage, vous allez tôt ou tard préparer une crème. Et là, il faut faire une émulsion. Comme pour la mayonnaise, le jaune d’œuf lie l’huile et la moutarde. Dans une crème, il vous faut un agent émulsifiant.

Cela peut-être :

  • Une cire émulsifiante comme l’Olivem 1000, qui est dérivé de l’huile d’olive. On peut aussi choisir d’autres cires émulsifiantes (Xyliance, Polawax …)
  • Une cire émulsifiante + de la cire d’abeille
  • De la lécithine de soja

Quelle différence entre cire d’abeille et cire émulsifiante ?

La cire d’abeille permet de réaliser une émulsion, mais vous n’obtiendrez pas la texture d’une crème. Dosée correctement (5 à 20% selon ce que vous recherchez) elle va stabiliser les huiles et vous obtiendrez un baume (pour un baume à lèvres), un cérat (le fameux cérat de Galien) mais pas une crème.

Pour en revenir au point précédent, votre crème sera ratée la plupart du temps parce que vous aurez mal dosé l’émulsifiant ou les huiles. Il faut un % précis selon la texture que vous voulez obtenir. Pour prendre quelques exemples :

Un bon ratio c’est 2 à 4% de cire émulsifiante (Olivem) pour un lait, et 5 à 8% pour une crème.

Pourquoi votre crème est-elle ratée ?

Trop d’huiles, pas assez de cire émulsifiante, ou encore vous n’avez pas assez mélangé ou pas à la bonne température…

La bonne nouvelle c’est que cela peut se rattraper. Si votre crème baigne dans l’huile, refondez-là doucement au bain marie et ajoutez une pincée de cire émulsifiante. Hors du feu, en mélangeant vous devriez observez un changement de texture et de couleur. Recommencez au besoin.

 

Ça allait jusqu’à ce que la crème vire au noir ou au rose …

Ce que vous observez ce sont des moisissures :)

Erreur n° 3 : vous n’avez pas ajouté de conservateur (et pas stérilisé le matériel)

Il n’y a que les préparations 100% huileuses qui peuvent se passer de conservateur. Dès que vous ajoutez de l’eau, les bactéries se développent avec le temps et avec la chaleur. Pensez à votre pot de crème fraîche oubliée au fond du frigo.

Dès qu’il y a une phase aqueuse (une base d’eau), ajoutez un conservateur large spectre comme le Cosgard.

 

Et vous avez oublié de stériliser

Prenez aussi le réflexe de toujours stériliser à l’eau bouillante ou à l’alcool, votre matériel (y compris les contenants). Petite astuce en passant, certains flacons en plastique fondent avec la chaleur …

Et de bien vous laver les mains avant. Mais en ce moment je pense que nous sommes tous au taquet du nettoyage des mains… Le plan de travail aussi doit être passé à l’alcool.

 

Votre peau réagit ou ça pique quand vous appliquez la crème ?

Erreur n° 4 : trop d’huiles essentielles

Les huiles essentielles ne sont pas des ingrédients cosmétiques comme les autres. Elles sont puissantes et précieuses (voir mon article sur leur utilisation dans les produits ménagers).

Sachez qu’elles ne sont pas du tout obligatoires dans une crème ou un soin. Rien qu’en passant à une crème naturelle avec des bonnes huiles végétales et des hydrolats votre peau verra la différence.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Infection virale : 5 huiles essentielles pour se protéger

Les huiles essentielles permettent de cibler une action particulière, selon les besoins de votre peau : peau sèche, peau réactive, peau mature … On les utilise avec beaucoup de précautions en faisant attention aussi à l’effet de cumul des différents cosmétiques que vous utilisez dans la journée.

Ma recommandation, c’est pour un soin que l’on applique tous les jours, sur une longue période, de se tenir à 1 % (2 % maximum) d’huiles essentielles.

Si votre peau réagit ou que ça pique après application : regardez quel est le dosage d’huiles essentielles de votre recette.

Et par précaution, faites un test au pli du coude 24h avant la première utilisation.

 

Ou des huiles essentielles pas adaptées

Toutes les huiles essentielles ne sont pas adaptées à un usage sur la peau. Celles qui contiennent des phénols par exemples sont dermocaustiques et irritantes pour la peau. Par exemple : l’origan, le thym à thymol, la cannelle, l’eucalyptus radié.  Les coumarines sont photo sensibilisantes : la bergamote, le citron …

Le grand guide des huiles essentielles

Un bon ouvrage d’aromathérapie pour choisir les huiles essentielles

Renseignez-vous avant avec un bon ouvrage d’aromathérapie. J’utilise celui-ci : Le grand guide des huiles essentielles, Dr Fabienne Millet.

Deux erreurs que vous regretterez plus tard

Erreur n°5 : accumuler des ingrédients qu’on ne sait pas réutiliser

C’est le risque quand on parcourt les recettes que l’on trouve au hasard des recherches sur internet. Souvent il n’y a pas ou peu de cohérence entre les différents produits que vous allez préparer.

Mais ce que vous ne savez pas au début, c’est que vous pouvez, et même vous devriez changer les ingrédients. Inutile d’accumuler des poudres, des colorants et autres actifs que vous n’utiliserez qu’une seule fois. Faites le plus simple possible. Mon huile démaquillante est un mélange des huiles de ma cuisine.

Sélectionnez vos bases, selon votre budget et les besoins de votre peau. Ensuite dans toutes les recettes cosmétiques maison, une huile peut être remplacée par une autre.

Lisez l’article de l’atelier Green : vous y trouverez une bonne sélection des huiles végétales et des hydrolats.

 

Erreur n° 6 : ne pas mettre d’étiquette et ne plus savoir qui est qui

Il n’y a rien qui ressemble plus à une huile de massage maison, qu’une autre huile de massage maison. Et si vous aviez ajouté des huiles essentielles, vous ne vous souviendrez plus pour quelle utilisation vous l’aviez préparée. Même si vous avez un très bon nez, cela va être dur de vous y retrouver à l’odeur.

Avec les cosmétiques maison qui sont périssables, vous devez absolument savoir quand vous l’avez préparée. Les crèmes se conservent en moyenne 3 mois, si vous n’avez pas commis l’erreur n°3 :)

L’étiquette n’est pas qu’une option esthétique. C’est nécessaire pour ne pas faire n’importe quoi.

 

 

Vous savez maintenant pourquoi vos cosmétiques maison peuvent être ratées. Ce n’est pas bien grave et cela fait même parti du processus d’apprentissage. Si vous évitez l’un de ces 6 faux-pas les plus courants en cosmétique maison, vous obtiendrez rapidement des résultats dont vous serez fier !

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à partager cette infographie à ceux qui en ont besoin. Cliquez ici pour la télécharger et la partager par e-mail.

 

Et vous, quelles sont les erreurs que vous avez rencontrées ?

 

Photo : FOODISM360 – Unsplash

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  • 8
  •   
  • 8
    Partages
3 réponses
  1. Sophie Rajau
    Sophie Rajau dit :

    Bonjour Caroline et merci pour vos articles que je lis toujours avec beaucoup d’intérêt. Je fabrique mes cosmétiques depuis des années maintenant et j’ai une question au sujet des conservateurs: dans mes préparations, je n’en utilise pas car j’ajoute de la vitamine E…qui pour moi est censé jouer le role du conservateur…qu’en pensez-vous?

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      Bonjour Sophie,

      La vitamine E n’est pas un conservateur. C’est un antioxydant qui permet de ralentir l’oxydation des huiles végétales.
      C’est OK tant qu’il n’y a pas d’eau dans vos mélanges (par exemple un sérum huiles végétales + huiles essentielles). Dès qu’il y a de l’eau (par exemple un hydrolat), vous devez ajouter un conservateur ou garder votre préparation au frais et l’utiliser sous une semaine.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *