Cosmétiques : plastiques et allergènes

Comment éviter allergènes et plastiques dans vos cosmétiques?

Adoptez une bonne résolution : choisir des cosmétiques sans produits toxiques. Un double bénéfice pour votre peau qui sera épargnée des allergènes, parabènes et autres ingrédients douteux et pour la planète en optant pour processus de fabrication respectueux et des produits peu transformés.

Mais comment s’y retrouver ? Faut-il se fier uniquement aux produits de beauté bio ? Comment lire les étiquettes ? Je vous donne mon point de vue et quelques repères pour décrypter l’étiquette de votre crème préféré. En prime un cas pratique : je décode pour vous la composition d’un gel douche et d’une eau micellaire.

Des cosmétiques remplis de produits synthétiques !

C’est en prenant le réflexe de regarder au dos de mes produits de beauté que j’ai compris ce que j’appliquais soigneusement sur ma peau … Et j’ai été dégoutée !

Ce jour-là j’ai pris un grand sac poubelle et fait beaucoup de place dans les placards de ma salle de bains.

Comment apprendre à lire les étiquettes des cosmétiques ?

Pour cela, je vous invite à consulter cette liste des ingrédients polémiques, très bien faite sur le site Que Choisir.

A titre d’exemple, j’ai pioché deux produits dans la salle de bains de ma belle-mère (chut !).

choisir des cosmétiques sans produits toxiques

1. Que contient l’eau micellaire ?

Sachez que les ingrédients sont présentés par ordre décroissants dans la formule. C’est à dire du composant principal au moins présent.

Composition de l'eau micellaire

Dans l’eau micellaire, rien de surprenant à ce que le 1er ingrédient soit de l’eau.

Regardons la composition : un beau cocktail d’ingrédients synthétiques !

Je vais juste m’attarder sur ceux qui me gênent le plus.

  • Poloxamer 185, PEG Caprylic/Caprilic Glycerides : des polymères. Ce sont des matières plastiques produites à partir d’ingrédients pétrochimiques, un processus de transformation polluant. Ils servent ici à faire une émulsion.
  • Pentylène Glycol : solvant d’origine synthétique, qui joue le rôle d’émollient.
  • Disodium EDTA : un conservateur réputé polluant.

Ensuite on trouve les parfums (fragrance) qui sont synthétiques eux-aussi et peuvent être allergènes.

2. Que contient le gel douche?

Celui-ci est intéressant. Avez-vous vu la mention en haut à droite ? “au bourgeon de peuplier protecteur“. Rappelez-vous, les ingrédients sont présentés par ordre décroissant. Regardez donc dans quelle position il se situe dans la liste des ingrédients.

Composition du gel douche

Vous avez trouvé ? Populus Nigra bud extract. Avant, avant dernier! Il y a plus de colorant bleu que d’extrait de bourgeon de peuplier dans ce gel douche…

Des tensioactifs irritants

En regardant rapidement le reste de la liste INCI, on trouve en numéro 2 un tensioactif très irritant le Sodium Lauryl Sulfate … Faites vos recherches, vous ne serez pas déçus ! Pour cela je vous renvoie à un excellent reportage diffusé en 2014, intitulé “Gel douche : peau sensible s’abstenir“. Il a été le déclencheur pour moi. J’ai été tellement écœurée que je me suis lancée dans des recherches pour arrêter d’acheter bêtement des c********ries pour ma peau.

Des PEG polluants

Ensuite quelques PEG (polymères). Ils ne sont pas toxiques mais posent un problème au niveau environnemental. En effet, les polymères sont peu biodégradables. De plus, certains dérivés comme les alkylphénols peuvent être persistant dans l’eau. Donc, si on peut éviter de rajouter du plastique et de la pollution dans l’environnement c’est mieux.

Le Methylisothiazolynone : un remplaçant au parabène responsable d’allergies sévères

On trouve dans ce gel douche un autre super irritant : Methylisothiazolynone. Il est utilisé pour remplacer les parabènes dans la conservation des produits. Mais il n’est pas mieux ! Certaines personnes développent des allergies sévères au Methylisothiazolynone (MIT). Pire, si vous avez de l’eczéma ne cherchez pas plus loin, vous n’êtes pas en train d’aider votre peau. Il y en a même dans les lingettes pour bébé … (dixit le syndicat des dermatologues). Allez-voir il y a quelques photos pas jolies jolies. On y apprend aussi qu’une fois l’allergie déclenchée on ne peut plus être en contact avec aucun produit contenant du MIT (et il y en a beaucoup ….).

Pour conclure, ce gel douche, chez moi il irait direct à la poubelle !

Faut-il se fier uniquement aux labels bio ?

Les produits de beauté bio pullulent dans les rayons de nos magasins : des grandes surfaces aux commerces bio.

Tout comme il ne suffit pas de montrer patte blanche pour être une brebis, un cosmétique bio peut cacher des ingrédients synthétiques (le sodium lauryl sulfate !) et des packagings en plastique. Tous les labels bio ne se valent pas.

Obtenir le label bio est coûteux et contraignant. C’est pourquoi il est souvent hors de portée pour des petites entreprises qui fabriquent pourtant d’excellents produits. C’est plus facile de sortir un produit de beauté bio quand on est un grand groupe, et que l’on dispose de la force de frappe commerciale qui permet d’amortir l’investissement.

Au moins, certains composants sont interdits dans les produits de beauté bio comme le parabène et le silicone. Le % d’ingrédients bio dans la formule est déjà un bon indicateur. Mais attention aux embrouilles entre le % d’ingrédients d’origine végétale et le % d’ingrédients bio. A l’inverse, un produit cosmétique d’origine végétale n’est pas bio pour autant.

J’achète bio souvent, c’est vrai, mais je choisis mes marques cosmétiques.

Des applications pour choisir des cosmétiques sans produits toxiques

Heureusement certaines applications permettent de mieux comprendre la composition des produits, et d’orienter nos choix.

En voici deux qui me paraissent sérieuses :

Composcan,  créé par des “cosmetic hackers”

Quelcosmétique (application développée par UFC-Que-Choisir)

Il y en a beaucoup d’autres, je ne saurais dire ce qu’elles valent.

Par mes achats, j’agis

Pour répondre à la question de départ : “comment choisir des cosmétiques sans produits toxiques ?” chacun doit s’interroger sur son système de valeurs et ses attentes.

L’industrie cosmétique est très importante, de gros moyens sont engagés et de nombreuses ressources consommées pour la production des cosmétiques.

J’aime les ingrédients naturels, simples et qui font du bien à ma peau pour de vrai et pas pour 1% des ingrédients de la formule.

Je choisis d’acheter des cosmétiques peu transformés, par des entreprises qui pratiquent un marketing éthique et raisonné. C’est quoi le marketing raisonné ? Ce n’est évidemment pas de green-washing, mais c’est aussi de veiller à la juste rémunération de tous les acteurs de la chaîne de production. Préférer les circuits courts, locaux et le respect d’un savoir-faire artisanal.

Ainsi, par mes achats, je choisis de soutenir des marques qui s’engagent pour changer les modes de production. Je paye peut être un peu plus cher, mais j’achète moins, et mieux.

Au-delà du bio, la slow cosmétique : une mention indépendante

Je vous invite fortement à découvrir Julien Kaibeck, le fondateur du mouvement slow cosmétique. Slow cosmétique c’est une association qui milite pour une cosmétique plus sensée. C’est à dire des fabricants qui proposent des produits dont la formule est clean et qui pratiquent un marketing raisonnable.

Pourquoi j’ai choisi d’être ambassadrice slow cosmétique

Par ce que la slow cosmétique est une démarche qui rassemble spécialistes, fabricants et consommateurs autour de la volonté de promouvoir un mode de consommation de la beauté naturel, sain et raisonnable.

La mention slow cosmétique est indépendante de tout label bio

Elle récompense les marques qui sont à la fois :

  • écologiques : qui font le choix d’ingrédients naturels ou peu transformés.
  • saines : pas de tests sur les animaux, pas de toxicité à moyen long terme, pas d’impact sur les fonctions physiologiques de notre organisme.
  • responsables : pas de green-washing
  • intelligentes : qui nous aident à consommer moins mais mieux.

Etre ambassadrice c’est aussi être associée à vos achats. Je vous donne dans mes articles des exemples de produits que je connais et que j’apprécie pour faire mes recettes naturelles. Aussi, si vous choisissez de les achetez, utilisez les liens de mon article. Cela me permet de toucher une petite commission pour soutenir ce blog. Et pour vous ce n’est pas plus cher.

Une boutique pleine de pépites slow

J’aime beaucoup la boutique slow cosmétique car elle rassemble des tonnes de pépites à shopper pour soi ou à offrir. C’est une market place, sur laquelle on trouve les marques lauréates mais pas que.

Autre avantage, pour les férues de DIY comme moi, vous trouverez tous les ingrédients et ustensiles nécessaires pour faire vous-même vos cosmétiques naturels. Petit conseil, pour limiter les frais de port regroupez vos achats chez un seul fournisseur. J’apprécie particulièrement les produits Bioflore.

Vos achats sont en direct du fabricant.

Ainsi, on limite les intermédiaires et on privilégie la rémunération du fabricant.

Sur ce je vous souhaite une belle rentrée, pleine de bonnes résolutions que vous tiendrez bien-sûr 🙂

Et vous, vous en êtes où dans vos achats cosmétiques ?

Pour aller plus loin :

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez si vous aimez
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 1
    Partage