alimentation vegetale

Pourquoi adopter une alimentation végétale ?

Pourquoi donc adopter une alimentation végétale ? On entend beaucoup parler de ce régime alimentaire dans les médias français notamment à travers le mouvement végan. Un effet de mode ou une avancée ? Ce mouvement ne laisse personne indifférent. Qu’est-ce que le véganisme réellement ? Il s’agit d’un mode de vie qui vise à boycotter tout produit d’origine animale ou issu de son exploitation. Bien que l’alimentation végétale soit au cœur de ce mouvement, le véganisme va bien plus loin. Il opte pour des alternatives végétales, quand cela est possible, aux produits d’origine animale pour se laver, se vêtir par exemple on privilégiera un cuir végétal à partir d’ananas, de raisin ou encore de pomme… Intriguant, non ? Le mouvement végan ne s’intéresse pas qu’à la cause animale. Un végan est un végétalien mais l’inverse n’est pas forcément vrai. Et pourtant, faire des choix végétaliens dans notre alimentation a un réel impact sur nous, les humains, sur notre écosystème, sur notre planète. Dans cet article, je vais vous parler de raisons pour lesquelles nous devrions tendre vers une alimentation végétale voir même l’adopter.

Par Audrey, blogueuse sur l’alimentation végétale et sur le mode de vie végane. Pour en savoir plus, découvrez son blog : lavegane.com

 

L’alimentation végétale : la tendance du moment ?

Le régime végétalien déchaîne les passions

De nombreuses célébrités ont décidé de l’adopter comme Kim Kardashian (oui vous avez bien lu tout récemment!), Miley Cyrus, Joachim Phoenix, Mathieu Ricard… ou encore les célébrités du passé qui ont brandi l’étendard du végétarisme à travers les siècles comme Porphyre de Tyr, Plutarque, Apollonius de Tyane, Voltaire, Gandhi, Léon Tolstoï, Thomas Edison, ou encore Georges Bernard Shaw…

Guillaume Meurice, humoriste sur France Inter, qualifia le “végan” de végétarien upgradé dans sa chronique du 20 septembre 2018. Une définition qui n’est pas si loin de la vérité, car le végétalisme a beaucoup mué grâce à la science et la réflexion humaine.

Effectivement, la question du végétalisme (et du végétarisme) a traversé non pas les années, mais l’histoire de l’humanité, de la Grèce Antique, à la Rome antique, du Moyen-Âge au Siècle des Lumières, de la Révolution industrielle jusqu’à nos jours. Sujet brûlant, il a toujours attisé la curiosité ou le scepticisme. Encore aujourd’hui, la question végétale soulève de nombreuses interrogations car elle est en plein essor partout dans le monde, en Occident comme en Asie ou encore en Afrique. Elle nous interpelle sur nos valeurs, nos traditions, notre agriculture, notre culture.

histoire du véganisme

L’alimentation végétale est-elle la tendance du moment ?

Le végétarisme : connu aussi comme le régime Pythagoricien

Oui, vous avez bien lu pythagoricien de Pythagore, mathématicien et philosophe (en 580 av. J.C et mort à 85 ans aux alentours de 495 av. J.C.) connu pour son théorème. Qui aurait cru qu’on serait remonté aussi loin ? Il est vrai que beaucoup d’écrits ont disparu mais de nombreux témoignages existent. Selon Renan Larue, auteur et professeur de Littérature Française, démontre dans son ouvrage “ Le végétarisme et ses ennemis”, que 3 choses auraient poussé ce philosophe et ses disciples à adopter ce mode de vie végétarien :

  • l’abstinence : pour “tuer les passions”. Ils s’abstenaient de manger les animaux et certaines aliments comme les fèves
  • La métempsycose : l’âme de tous les êtres vivants pouvaient migrer vers d’autres êtres- vivants
  • Le respect de la vie animale

A Rome, l’empereur Tibère décréta que “l’abstinence de viande, tout au moins de certaines viandes, est déclarée superstitieuse et interdite à Rome”

Au Moyen-Âge le non-carniste risquait même l’excommunication.

La naissance du véganisme est, certes, un pur produit de notre époque d’un point de vue physiologique même si d’un point de vue moral, sa conception planait déjà dans la ‘Vegetarian Society‘ de Londres, créée en 1847.

 

Un nouvel essor avec la vitamine B12

La vitamine B12 est la seule vitamine qu’on ne trouve pas dans le règne végétal. On peut en trouver des traces infimes dans les sols mais pas suffisamment pour se maintenir en bonne santé. Et, il est clair que manger de la terre pour avoir cette vitamine n’est pas très recommandable ! La vitamine B12 est une vitamine qui agit sur la formation des globules rouges. Les carences peuvent se faire sentir au bout de plusieurs mois ou plusieurs années.

Certains animaux arrivent à synthétiser la vitamine B12 grâce aux bactéries déjà présents dans leur système digestif, notamment les ruminants.

Grâce à la découverte de la B12 par la science en 1948, nous pouvons nous affranchir des produits carnés et, nous alimenter directement auprès des bactéries pour avoir les nutriments nécessaires sans passer par les animaux. (¹) La découverte de la vitamine B12 aurait dû être un jalon de l’histoire de l’humanité. A contrario, elle a ravivé les 2500 ans de querelles entre les carnistes et les non-carnistes. Au cours des siècles, le végétarisme a été moqué, balayé et étouffé.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Comment faire son pain au levain ?

Je ne peux que vous recommander l’excellent livre de Renan Larue, auteur et professeur de Littérature Française, ” Le végétarisme et ses ennemis” qui retrace l’historique du mouvement végétalien. L’émergence de ce mouvement a été permise, pas seulement pour une question de sensibilité à la cause animale, mais aussi, par l’urgence climatique dans laquelle l’homme se trouve aujourd’hui.

 

La question environnementale et l’alimentation végétale

Nous sommes confrontés au problème du réchauffement climatique que l’on contrôle à peine. Nous avons en effet assisté à une série de catastrophes écologiques dernièrement en Amazonie, en Australie.

L’élevage et l’utilisation des terres agricoles

Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) tire déjà la sonnette d’alarme dans ses études sur l’impact de la production industrielle des animaux sur le climat. Bien que ce groupe d’experts ne fasse aucune recommandation sur le régime alimentaire à adopter, il préconise une diminution de la consommation de produits carnés. Car l’élevage est une des causes de l’augmentation de l’émission des gaz à effet de serre (GES), à hauteur de 14.5% soit légèrement plus que les transports. Les GES sont composés de 3 gaz : le méthane, le dioxyde de carbone et le protoxyde d’azote. Le méthane est un gaz actif dont une des sources est liée aux éructations et flatulences des bovins. En 2015, 16% des émissions mondiales de méthane étaient dues à l’élevage. (2)

En plus de produire du méthane, l’élevage est aussi source de grosses quantités ammoniac, d’azote, de nitrate dus aux excréments des animaux qui polluent les cours d’eau et ont des effets néfastes sur les écosystèmes. Par exemple, on note la prolifération des algues vertes sur les côtes bretonnes ces dernières années. (3) (3′)

On déforeste surtout dans des régions tropicales (Amazonie notamment) pour la culture de céréales (blé, maïs, soja). Il faut compter entre 7 à 10 kg de céréales pour produire 1 kg de viande. La France n’échappe pas à ces importations de soja pour nourrir le bétail (4).

L’élevage occupe 60% des terres disponibles aujourd’hui dans le monde. Nous sommes à peu près 10 milliards aujourd’hui, la question des ressources est un des enjeux de notre siècle. Les denrées végétales qui auraient pu servir à nourrir d’autres humains là où elles sont cultivées, sont consacrées essentiellement au bétail des pays développés.

Régime végétalien et impacts sur l'environnement

Le régime végétalien : un choix aussi pour l’environnement

La question de l’utilisation de l’eau

La quantité d’eau utilisée dans les élevages est complexe puisque beaucoup de paramètres sont à prendre en compte. Il est compliqué de le mesurer et on entend beaucoup de chiffres sans vraiment trop savoir à quoi ils correspondent.

Le but n’étant pas de vous inonder de chiffres ! Il n’y a rien de sexy aux statistiques, je vous l’accorde ! Mais, ce sont de bons indicateurs pour savoir où l’on se positionne en terme de ressources. Il faut compter 4010 l d’eau / kg pour des légumineuses contre 7300 l/kg pour la viande de bœuf. On comprend tout de même qu’une alimentation végétale est moins gourmande en eau qu’une alimentation carnée. N’hésitez pas à lire ” Plaidoyer pour les animaux” de Mathieu Ricard, un livre très documenté notamment sur la question écologique.

On peut également se poser la question de savoir s’il est encore bon pour la santé de consommer des produits d’origine animale.

 

L’alimentation végétale est-elle bonne pour la santé?

Le sujet est assez épineux en France. Les carences en fer, en protéines, obsèdent les professionnels de santé et je ne parle pas de l’alimentation végétale pour les enfants qui est considéré par certains comme de la maltraitance. Qu’en est-il vraiment ?

sport et véganisme : l'alimentation végétale convient à tous les modes de vie

Sport et véganisme : l’alimentation végétale convient à tous les modes de vie

L’alimentation végétale est compatible avec tous les modes de vie.

Beaucoup de pays ont déjà statué sur la question de l’alimentation végétale. Comme les Etats-Unis, l’Angleterre, Israël, Portugal … Ils disent en substance que l’alimentation végétale, si elle est bien menée, peut être adoptée à tout moment de la vie.
D’ailleurs, de nombreux sportifs se sont dirigés vers ce type d’alimentation tels que Novak Djokovic ou encore Lewis Hamilton. Dernièrement, la plateforme Netflix a sorti un documentaire traduit en français sur le régime végétalien et le sport de haut niveau nommé : ” The Game Changers”. Croyez-moi, le cliché du végétalien chétif, maigre et pâlot est bien loin !

 

Mais est-ce que manger des plantes est suffisante pour maintenir une bonne santé ?

 

Les nutriments dans l’alimentation végétale

Comme évoqué dans le paragraphe précédent, de nombreuses autorités de santé reconnaissent le végétalisme comme un régime bon pour la santé si entrepris correctement.

recette végane : les Nutriments dans l'alimentation végétale

Les Nutriments dans l’alimentation végétale

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) avait même reconnu un lien de causalité entre la consommation de viande rouge et le cancer. Ceci dit, tous les nutriments et les minéraux nécessaires se trouvent dans le règne végétal, à part pour la vitamine B12 où il est primordial de se supplémenter. Je tiens à vous rappeler que je ne suis ni un médecin ni une nutritionniste bien que sur mon blog, je m’intéresse aux ingrédients, à leurs caractéristiques et que je me soucie de savoir pourquoi les manger. En aucun cas, je ne souhaite me substituer au corps médical. C’est pourquoi, je préfère vous référer à 2 vidéos qui ont été faites avec l’aide d’un médecin spécialiste en nutrition végétale, le Docteur Jérôme Bernard-Pellet qui n’entretient pas de lien avec les lobbies alimentaires quels qu’ils soient. Vous trouvez, dans ces vidéos, toutes les indications ou questions relatives à la nutrition végétale. Concernant toutes les questions sur la vitamine B12, vous pouvez aussi rejoindre le groupe facebook : Vivre la B12 ! des férus de la vitamine de la compassion !

 

 

Nous avons abordé différents points de la nutrition végétale : l’aspect philosophique, éthique, scientifique, il nous reste le gustatif maintenant !

 

Le goût dans la cuisine végétale

Une cuisine végétale riche en saveurs

Souvent, on imagine que la cuisine végétale se compose de trois feuilles de salades et de deux bouts de carottes et le tout parsemé de graines (rien de bien appétissant !) alors qu’elle a été si évolutive ces dernières années. C’est fini le temps où les végétaliens ne mangeaient que de l’herbe !

D’ailleurs, je suis végétalienne et je n’aime toujours pas la salade ! Le comble, quoi !

Le goût est une histoire d’éducation. On apprend à manger en fonction de sa culture, de sa famille, de son environnement, de ses souvenirs. Beaucoup de plats ont été végétalisés. Il suffit de faire une recherche sur le web pour voir à quel point les blogueurs culinaires regorgent d’imagination avec des produits peu transformés!

La vegane : blog sur l'alimentation végétale

L’alimentation végétale est riche en saveurs ! Photo extraite de l’une de mes recettes sur mon blog “la vegane”.

Je vous invite à voir le mien aussi en passant : lavegane où je propose une cuisine végétale métissée.

Par ailleurs, de nombreuses enseignes ont commencé à avancer vers le végétalisme, je pense, notamment à la maison Ladurée (qui on peut le dire, est une référence dans le macaron) qui a donné à un chef américain crudivore, Matthew Kenney, le challenge de revisiter sa carte pour sa boutique de Los Angeles. Quelques plats sont déjà disponibles à Paris.

De nombreux fast-foods commencent aussi à s’emparer du marché végétal. Je ne vous conseille pas de vous nourrir de tous les produits transformés estampillés “vegan”. Et Dieu sait que les rayons commencent à s’étendre!

Vegan ne veut pas dire sain ou bon pour la santé. Par exemple, si vous mangez des frites tous les jours, c’est végétalien à savoir sans produit d’origine animale mais ce n’est pas sain!

 

Il est temps de revenir vers des aliments bruts et si possible biologiques

Il est important de réapprendre à manger des légumes, des légumineuses, des fruits, des oléagineux. Qu’ils ne se retrouvent plus comme de simples accompagnements mais plutôt comme des stars de notre assiette. Il faut apprendre à les cuisiner de sorte qu’il plaise à notre palais.

La cuisine végétale s’inspire de toutes les cuisines du monde. Il est vraiment difficile de croire qu’elle ne peut pas ravir les papilles même des plus récalcitrants. On a toujours l’impression que c’est une cuisine peu gourmande alors qu’elle est riche en saveurs, en goût et hautes en couleurs !

Les épices, les condiments ne sont pas cachés par le lait, le beurre ou la crème. Au contraire, elle laisse à chaque ingrédient la liberté de s’exprimer. Il ne vous reste plus qu’à être curieux (ses) et à vous lancer pour changer vos habitudes !

 

En conclusion

J’espère, avec cet article, avoir levé les parts d’ombre sur l’alimentation végétale. Le véganisme est souvent qualifié de sectaire alors que bien au contraire il s’ouvre à tout ce qui l’entoure. Bien qu’il soit d’abord gouverné par le respect de la cause animale, le choix du véganisme est aussi un moyen d’agir sur notre impact sur l’environnement et sur notre santé. Nous avons tendance à sous-estimer le pouvoir des plantes qui, pendant des siècles, ont été utilisées comme des sources médicinales. Elles agissent de la même façon dans notre alimentation. Peut-être que la cause animale ne vous touche pas, on est tous différents. Et, je comprends que chacun revendique la liberté de faire ce qu’il veut. La liberté s’attache aussi à la responsabilité. Chaque choix que nous opérons aujourd’hui aussi grand ou aussi petit soit-il, a des répercussions sur le monde dans lequel on vivons.

 

NB : Je voudrais remercier Caroline de me donner un espace pour parler de l’alimentation végétale sur son blog.

 

 

Références

¹ D’où vient la vitamine B12 ?

Ce que tout végan doit savoir sur la vitamine B12. diethetics.eu

² Les émissions de méthane de la France plus importantes que prévu. Le monde. septembre 2017

3 L’amoniac d’origine agricole : impact sur la santé humaine, animale et sur le milieu naturel

4 Pourquoi la France est-elle si dépendante du soja brésilien ? Le Figaro. Septembre 2019

 

Crédits photo :

Anna Pelzer, Giammarco Boscaro, Gustavo Quepón, John Arano, Chantal Garnier sur Unsplash. Audrey Virassamynaick pour lavegane.com.

 

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  •  
  •   
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *