Utiliser les huiles essentielles en prévention d'une infection virale (grippe)

Infection virale : 5 huiles essentielles pour se protéger

Que pouvons-nous faire pour nous protéger des virus en période d’infection virale (grippe, gastro …) ? Je sais bien qu’à l’heure du Coronavirus ce n’est pas la grippe saisonnière qui vous inquiète. Mais faute de savoir quoi faire, revenons aux principes de base de la prévention de la grippe. Les huiles essentielles ont un fort pouvoir antiviral et antibactérien. Associées à quelques règles de prévention des infections on peut mettre plus de chances de son côté pour tenir les virus de l’hiver à distance. Quels sont les modes de propagation des virus, comment assainir l’air et se protéger ? 5 huiles essentielles à utiliser en prévention des infections hivernales.

A vos souhaits ! Comment se propage l’infection de la grippe ?

Le nez : porte d’entrée du virus

Lorsqu’on est infecté par le virus, nous propageons très largement le virus autour de nous, sans forcément nous en rendre compte. Lorsque nous toussons ou que nous éternuons, nous envoyons dans l’air des micro gouttelettes qui contiennent le virus. Ces gouttelettes pénètrent l’organisme des personnes qui sont à proximité par l’air qu’elles respirent (par le nez et par la bouche). Une fois à l’intérieur, il se lie aux cellules de la muqueuse respiratoire et “utilise” leur ADN pour pouvoir se développer à son tour.

Mais ce n’est pas tout, sinon ce serait trop simple. Il suffit de aussi de parler pour envoyer aussi dans l’air ces petites gouttes contaminées aux personnes qui sont proches de nous.

En France, ce sont 2 à 8 millions de personnes qui sont touchées chaque hiver par la grippe (source : Inserm). Le virus de la grippe engendre une très forte fatigue, une poussée de fièvre, accompagnée de toux, de maux de tête et de douleurs musculaires. Heureusement bénigne dans la plupart des cas, la grippe guérit toute seule en une dizaine de jours. Pourtant elle continue de causer 4000 à 6000 décès chez les personnes les plus fragiles (les plus touchées sont les personnes âgées).

 

Les mains : support d’une contagion virale indirecte

Reprenons notre malade qui tousse. Même s’il est seul, les gouttelettes vont se déposer sur les surfaces à proximité. Et les virus peuvent survivre plusieurs heures sur une surface (jusqu’à 24 heures pour celui de la grippe si les conditions sont favorables, c’est à dire froid + humidité).

Il suffit de toucher une surface contaminée et de porter ses mains à la bouche ou au nez pour que le virus pénètre notre organisme. Le sources de contagions sont donc nombreuses dans les espaces publics : pensez aux barres du métro, aux claviers des distributeurs de billets, aux jouets dans les salles d’attente, aux menus des restaurants …

On comprend comment l’infection virale se propage si rapidement.

Autre infection qui touche de nombreuses personnes en hiver et dont le mode de contagion se fait par les mains : la gastro-entérite.

 

3 règles de base pour une bonne prévention

Soutenir son immunité

Cela peut sembler évident, mais la meilleure défense c’est d’avoir un système immunitaire qui fonctionne bien. Evidemment cela ne se travaille pas à la dernière minute, mais tout au long de l’année.

Pour aider le corps à maintenir un système immunitaire fort, il faut une bonne hygiène de vie :

  • Du repos et un bon sommeil. Car c’est pendant les phases de repos que le corps se répare et fabrique les cellules de nos défenses immunitaires.
  • Éloigner le stress qui maintien le corps en état d’alerte permanente, et affaiblit nos défenses.
  • Un microbiote intestinal équilibré : la base de notre immunité se loge dans l’intestin. Les cellules qui captent les intrus et activent la défense se situent dans la muqueuse intestinale. Les bactéries de notre flore intestinale rendent la muqueuse moins facile à pénétrer et empêchent les intrus de passer. Pour soutenir le microbiote, les boissons fermentées comme le kéfir de fruits et le kombucha sont d’excellents outils à intégrer au quotidien dans votre alimentation.
  • Une alimentation diversifiée, riche en fruits et légumes pour l’apport en vitamines et notamment en vitamine C qui est nécessaire à la fabrication des anticorps. On trouve de la vitamine C dans les fruits et les légumes colorés (les agrumes, les choux, les légumes verts à feuille : épinard, salade, oseille …, les herbes fraîches : persil, les graines germées et les fruits rouges : cassis, fraise). Attention, pour bénéficier de la vitamine C, il faut les manger très frais, crus ou cuits vapeur douce, ou à l’étouffée (la chaleur détruit la vitamine C au-delà de 60°). Voir sur la nutrition.fr les aliments qui soutiennent l’immunité et sur bio’consommacteurs un article bien fait sur les modes de cuisson adaptés.
kéfir et kombucha maison : les boissons probiotiques pour entretenir on immunité

kéfir et kombucha maison : les boissons probiotiques pour entretenir son immunité

Protéger les autres lorsqu’on est malade

  • Porter un masque pour éviter de contaminer les autres. C’est moche, mais c’est efficace. Dommage que ce soit une pratique si peu répandue chez nous.
  • Tousser dans le pli du coude et pas dans les mains. Pour éviter de contaminer tout notre environnement : les poignées de porte, les surfaces, le clavier d’ordinateur, le volant de la voiture …
  • Se laver les mains, encore et encore et encore …
  • Penser à nettoyer aussi son téléphone portable, la souris de l’ordinateur et les poignées de porte pour éviter de se réinfecter.
Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Une crème visage à l'aloe vera

 

Prendre ses distances et nettoyer

  • Garder ses distances. Je ne vous dis pas de rester cloîtré chez vous, la peur au ventre. En revanche, refuser de serrer les mains au bureau en période d’épidémie ce n’est pas être désobligeant ou mal-élevé. C’est une mesure de prudence qui s’explique très bien, surtout si parmi vos proches, vous avez des personnes fragiles (personnes âgées, nourrissons, personnes immunodéprimées).
  • Se laver les mains le plus souvent possible, au savon et longtemps. Dès que vous rentrez chez-vous ou que vous arrivez au bureau. C’est aussi un réflexe que les enfants doivent prendre en rentrant de l’école ou du centre de loisirs.
  • Se laver les mains avant de préparer le repas et à chaque fois que vous vous mouchez.
  • Nettoyer les surfaces au contact : poignées de portes, la table de cuisine, le plan de travail … Tous les jours si vous y pensez quand quelqu’un est malade chez vous.
  • Aérer votre logement pour renouveler l’air intérieur : 5 à 10 minutes par jour.
  • Diffuser des huiles essentielles pour assainir l’air.

C’est là que les huiles essentielles entrent en scène.

Se protéger de la grippe avec les huiles essentielles

5 huiles essentielles pour se protéger des virus

Les huiles essentielles ont un fort pouvoir antiviral et antibactérien. Leur efficacité a été prouvée sur certaines bactéries et champignons, comme le Staphylocoque doré, Eschericha coli, Salmonelle et Candida albicans.

 

Comment les huiles essentielles agissent contre les virus et les bactéries ?

Comme pour toutes les plantes, c’est un ensemble d’actions cumulées qui font leur efficacité sur les virus. Il faut donc associer plusieurs huiles essentielles dont les propriétés sont différentes :

  • Les huiles essentielles antibactériennes qui désorganisent la membrane des bactéries ou les tuent
  • Les antivirales qui détruisent ou inhibent la croissance des virus
  • Les immunostimulantes qui favorisent la réponse de notre système immunitaire

 

5 huiles essentielles efficaces contre les virus

Beaucoup d’huiles essentielles sont efficaces contre les virus de l’hiver. J’ai fait cette sélection pour un usage préventif, et pour qu’elles soient adaptées aux petits comme aux grands dans les modes d’utilisation que je vous recommande ci-dessous.

Je vous encourage à effectuer vos propres recherches à partir d’un ouvrage de référence en aromathérapie (je vous recommande Le grand guide des huiles essentielles par le Dr Fabienne Millet, et Soigner ses enfants avec les huiles essentielles, par Danièle Festy).

 

Pour travailler en prévention des infections hivernales, j’ai privilégié la voie de la diffusion aromatique (avec un diffuseur d’huiles essentielles) et de l’inhalation sèche que l’on fait avec un mouchoir ou un galet poreux.

Si vous souhaitez les utiliser parce que vous êtes déjà malade, le mode d’administration et les précautions d’emploi sont différentes. Et ne jouez pas avec le feu, consultez un médecin qui est le seul à pouvoir établir un diagnostic.

 

Tea-Tree

Melaleuca alternifolia

Cette huile essentielle a le défaut de ne pas être locale, puisque l’arbre à thé pousse en Australie. Elle reste très intéressante car c’est une plante puissante pour se protéger des infections hivernales.

L’huile essentielle de tea tree est antivirale (notamment sur le virus de la grippe et celui de l’herpès) et antibactérienne. Elle renforce aussi les défenses immunitaires. A tel point qu’elle était donnée aux soldats australiens pendant la seconde guerre mondiale pour désinfecter leurs plaies.

Utilisation : En diffusion sur un galet ou un mouchoir qu’on garde à proximité. Ou en diffusion dans une synergie d’huiles essentielles, bien que son odeur ne soit pas très appréciée.

Ravinstara

Cinnamomum camphora

Cette huile essentielle est aussi bactéricide et antivirale. Elle est particulièrement utilisée pour stimuler les défenses immunitaires en prévention des virus hivernaux. En plus elle est bien tolérée et peut être utilisée pour les enfants à partir de 3 ans.

Pour les enfants, Danièle Festy recommande d’appliquer 3 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara diluées dans 10 gouttes d’huile végétale d’amande douce. A appliquer sur les bronches et le cou, 2 fois par jour en période à risque (épidémie ou un malade à la maison).

Utilisation pour les adultes : une goutte sur la face interne du poignet ou sur un mouchoir à respirer. 3 à 4 fois par jour.

Les huiles essentielles de Palmarosa (que j’utilise dans mon déodorant maison) et de Niaouli ont aussi une action antivirale notable. Consultez les précautions d’emploi (l’huile essentielle de Palmarosa ne convient pas aux enfants et aux femmes enceintes par exemple).

Eucalyptus radié

Eucalyptus radiata

Notez bien qu’il existe plusieurs huiles essentielles d’Eucalyptus (dont l’huile essentielles d’Eucalyptus globulus, plus puissante, elle est interdite pour les enfants de moins de 12 ans et déconseillée pour les personnes asthmatiques).

Son action : bactéricide et antivirale. Immunostimulante

On l’utilisera surtout en diffusion dans un mélange d’huiles essentielles (évitez de la diffuser seule). On peut aussi en verser une goutte sur un galet poreux ou un mouchoir et le garder près de soi.

Thym

Thymus vulgaris CT linalol

J’aime beaucoup le thym car c’est une plante locale, que l’on trouve encore en abondance et que l’on peut faire pousser sur un balcon ou au jardin. Elle est très efficace pour les infections des voies respiratoires et je l’emploie souvent dans mes infusions pour les maladies de l’hiver.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Naturel mais pas inoffensif : le colorant naturel Garance

Notez aussi qu’il existe plusieurs huiles essentielles de thym. C’est le chémotype qu’il faut regarder pour y trouver la mention ‘linalol‘. Le thym à linalol est la plus douce des huiles essentielles de thym, et convient en diffusion aux enfants de plus de 7 ans (consultez les modes d’utilisation dans un livre d’aromathérapie).

Son action : anti-infectieuse, bactéricide et antifongique.

On l’utilise en diffusion pour assainir la pièce, en inhalation sèche sur un mouchoir ou un galet. Et pour nettoyer localement les poignées de porte, on en verser dans un mélange désinfectant (voir l’adaptation ci-dessous de ma recette du désinfectant multi-usages).

Pamplemousse

Citrus paradisi

C’est la plus efficace des essences d’agrumes pour assainir l’atmosphère et désinfecter les surfaces.

Son action : bactéricide, antifongique, antivirale.

On l’utilise en diffusion (possible dans la chambre des enfants en leur absence), ou sur un mouchoir à respirer plusieurs fois par jour. Pas d’usage interne, ni pur sur la peau.

 

Où trouver ces huiles essentielles ? En magasin bio, en pharmacie et sur la boutique en ligne slow-cosmétique.

 

Comment utiliser les huiles essentielles pour prévenir une infection virale ?

La diffusion aromatique est appropriée en prévention pour nettoyer l’air d’une pièce. Équipez-vous d’un bon diffuseur d’huiles essentielles.

L’inhalation sèche, sur un mouchoir ou sur un galet poreux que l’on garde près de soi, est aussi efficace à condition de penser à renouveler souvent les huiles essentielles (1 goutte, 4 à 6 fois par jour).

 

Les autres modes d’utilisation :

  • En usage externe pour soutenir le système immunitaire (diluée dans une huile végétale. Renseignez-vous selon les huiles essentielles)
  • Ponctuellement sur les surfaces, pour éliminer les virus sur des zones précises et à risque de votre logement. Voir la recette de spray désinfectant ci-dessous.

 

Une recette de spray désinfectant renforcé :

Il faut une concentration plus importante d’huiles essentielles pour bénéficier de leur effet antiviral.

Aux grands maux, les grands moyens.

Voici une recette plus concentrée de mon nettoyant multi-usages, à utiliser ponctuellement et avec précautions car les huiles essentielles sont puissantes et précieuses. Donc pour désinfecter les petites surfaces comme les poignées de portes.

  • Ne l’utilisez pas sur les mains, le dosage d’huiles essentielles n’est pas adapté à une utilisation répétée.
  • Pour désinfecter les surfaces plus largement : préparez un spray avec de l’alcool (70° minimum) ou de l’alcool dénaturé que l’on trouve en pharmacie. Le vinaigre blanc, même à 10%, n’est pas suffisant seul pour obtenir une action antimicrobienne suffisante.

 

 

Quelles huiles essentielles choisir en cas d'infection virale ?

Spray anti-infection hivernale : pour nettoyer toutes les surfaces et les poignées de portes

Les ingrédients :

  • 12 cl d’eau
  • 8 cl de vinaigre blanc (l’acidité du vinaigre est antibactérienne et antivirale)
  • 60 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree
  • 40 gouttes d’huile essentielle de Thym à linalol
  • 20 gouttes d’essence de Citron
  • 0,16 cl de Solubol : c’est une préparation d’origine végétale, sans alcool qui sert à disperser les huiles essentielles dans l’eau. Elle contient entre-autre de la glycérine végétale, de l’huile de coco, de la vitamine E, de la lécithine … Le solubol sert aussi pour disperser des huiles essentielles dans les bains aromatiques. J’utilise celui des laboratoires Bioflore que vous trouverez ici : solubol sur slow-cosmetique.com

Préparation :

  • Mélangez les huiles essentielles avec le solubol
  • Dans un flacon spray, versez l’eau et le vinaigre blanc
  • Versez le mélange d’huiles essentielles dans votre flacon
  • Secouez
  • N’oubliez pas d’étiqueter votre nettoyant-désinfectant et tenez-le loin des mains des enfants.

Bien secouer avant utilisation.

 

Deux recettes de diffusion d’huiles essentielles ‘prévention de la grippe’ :

Ces mélanges d’huiles essentielles peuvent être diffusés dans la chambre des enfants et les pièces à vivre, en leur absence (à partir de 3 ans). (Source, Danièle Festy)

  • 30 gouttes d’huile essentielle de Thym à linalol
  • 30 gouttes d’essence de Pamplemousse
  • versez dans un flacon d’huile essentielle de 5 ou 10 ml et adaptez-le sur votre diffuseur

ou

  • 30 gouttes d’huile essentielle de Ravinstara
  • 30 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus radiata

 

Diffusez ce mélange antiviral et assainissant, par sessions de 15 minutes, 2 à 3 fois par jour en période d’infection virale.

Surtout, ne diffusez pas les huiles essentielles en présence des enfants. Le but est de purifier et assainir l’air intérieur. Commencez par bien aérer chaque pièce, pendant 10 minutes. Puis faites la diffusion, pas plus de 15 minutes (cela suffit pour charger l’air d’une pièce de 20 m²).

 

Pour conclure : la meilleure défense reste la prévention. Contre les infections virales, il faut savoir garder ses distances et appliquer une hygiène méticuleuse notamment avec le nettoyage des mains et des surfaces (verre, plastique, métal). Comme la grippe et les virus en général frappent surtout ceux dont l’immunité est plus faible, il est important aussi de prendre soin de soi et de bien manger toute l’année pour soutenir les défenses immunitaires de l’organisme. Enfin, les huiles essentielles sont des alliés précieux car elles sont antivirales, antibactériennes et stimulent nos défenses immunitaires. Toutefois, comme toujours avec les plantes, il faut savoir les employer correctement et avec discernement. Pensez à diffuser des huiles essentielles pour assainir l’air chez vous et à verser sur un mouchoir une goutte des 5 huiles essentielles que je vous ai présentées.

 

Et vous, comment faites-vous pour vous protéger des virus pendant la période hivernale ?

 

Références :

Photos : mesrecettesnaturelles.com, Kelly Sikkema-Unsplash

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  • 11
  •   
  • 11
    Partages
4 réponses
  1. virginie
    virginie dit :

    Bonjour Caroline,
    merci pour ton article
    ouf, j’ai 4 HE sur 5 on est paré ;).
    Je confirme l’importance des mesures de précaution (bien se laver les mains en rentrant à la maison par exemple…)
    Chez nous comme chez toi, on mise sur le soutien du système immunitaire, voici le lien vers un article pour compléter tes très bons conseils en alimentation: https://soigne-ton-assiette.com/comment-resister-aux-virus-quand-tout-le-monde-est-malade-autour-de-vous/

    Répondre
  2. Emmanuel
    Emmanuel dit :

    J’adore ton article ! Les HÉ font partie de mon quotidien depuis tellement longtemps
    J’ai aussi aussi un ajustement de l’alimentation
    Nous cuisinons beaucoup plus d’aliments végétaux et c’est un régal
    Et au fait merci pour le rappel du téléphone pour éviter les virus
    Je vais de ce pas le nettoyer
    Être en forme sur le plan de la santé influe aussi sur l’énergie vocale
    Je vais recommander ton article à mes lectrices et lecteurs !

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      Merci Emmanuel !
      Et oui, tout est lié. Alimentation, santé, tonus… Et la voix. Cela se travaille en douceur un peu tous les jours. Et c’est le plus dur car les mauvaises habitudes reviennent vite.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *