Recette de sel d'orties piquantes

Le gomasio maison pour manger des orties piquantes

Pourquoi donc manger des orties ? Ça pique, on en trouve un peu partout et souvent au jardin on aurait plutôt tendance à l’arracher. En fait, l’ortie piquante est une plante médicinale pleine de richesses. Ses feuilles contiennent de nombreux minéraux et des vitamines. Elle est traditionnellement utilisée comme dépuratif quand on souffre de problèmes de peau ou de douleurs articulaires et soulagerait le rhume des foins. Mangeons de l’ortie alors ! En tisane, cuits, en soupe et pourquoi pas comme condiment ? J’ai imaginé un gomasio maison aux feuilles d’orties piquantes pour faire entrer une petite dose d’orties dans l’assiette. En plus les enfants adorent ce sel tout vert, spécialement fait pour eux … et très faiblement salé.

 

L’ortie piquante, mais pour quoi faire ?

Pour drainer et nettoyer le corps

L’ortie piquante (Urtica dioïca) est connue comme une plante diurétique et dépurative. Comme beaucoup d’autres plantes disponibles au début de printemps (le cresson, le pissenlit), les feuilles d’orties permettent d’augmenter l’élimination par les urines.

Pourquoi c’est intéressant ?

  • Ponctuellement pour nettoyer l’organisme en sortie de l’hiver par exemple. Voir l’article et les conseils d’Aurélie, naturopathe pour détoxifier le corps à l’arrivée du printemps
  • Pour les problèmes de peau : eczéma, psoriasis et les éruptions cutanées allergiques. L’ortie va drainer les éléments irritants et aider le corps à les éliminer. Elle a aussi une activité anti-inflammatoire.
  • Pour les douleurs rhumatismales : l’ortie piquante reminéralise pour favoriser la reconstruction du cartilage et apaise l’inflammation. Son action de drainage permet d’éliminer les dépôts de cristaux (l’acide urique dans le cas de la goutte) qui surchargent les articulations. La prêle est aussi fréquemment employée en phytothérapie pour les rhumatismes et l’arthrite.
  • Elle a aussi des propriétés anti-allergiques, notamment pour soulager les symptômes du rhume des foins (1).
  • On a noté également une action hypotensive.

Attention, je ne dis pas qu’il suffit de boire une infusion d’orties tous les jours pour régler ces problèmes. Il faut envisager une approche globale avec les plantes, en complément et en lien avec votre médecin.

Propriétés médicinales des orties piquantes

L’ortie est une bonne plante qui mérite d’être regardée autrement

Une plante médicinale bien de chez nous

L’ortie piquante est une plante médicinale aux nombreuses propriétés, qui peut être très utile dans un protocole pour accompagner certains déséquilibres (problèmes de peau, arthrite, hypertrophie bénigne de la prostate). En plus c’est une plante bien de chez nous, abondante et économique.

On peut la ramasser et la faire sécher nous-même. Ce qui est vraiment appréciable dans une démarche d’autonomie et de respect de notre environnement.

J’en profite au passage pour souligner que l’ortie est souvent consommée en cure de 3 semaines et pas en continu. Si on a besoin de poursuivre,on fait toujours des pauses d’une semaine pour ne pas sursolliciter les organes en charge de l’élimination. Notamment avec les plantes drainantes comme l’ortie qui vont faire travailler les reins.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Salade de pissenlit printanière

L’ortie a beau être une plante toute simple et facile d’accès, elle n’en reste pas moins une plante médicinale active et il ne faut savoir comment l’employer.

 

Un super aliment à elle toute seule

Les feuilles d’orties piquantes contiennent beaucoup de minéraux : Fer, silice, calcium, potassium, manganèse, zinc, cuivre, phosphore, sodium. D’ailleurs si vous avez envie d’en savoir plus, il existe même un blog dédié à l’ortie !

En plus des minéraux on trouve aussi des vitamines : la vitamine A (bêta-carotène), vitamine E (qui est un anti-oxydant), vitamine C, de l’acide folique (vitamine B9), ainsi que d’autres vitamines du groupe B. Idéalement il faudrait consommer les feuilles d’orties fraîches et cuites à basse température pour profiter des vitamines. Les vitamines supportent mal le séchage et la cuisson.

 

Cet apport nutritif est particulièrement utile :

  • Pour stimuler la pousse des cheveux, des ongle par la présence des vitamines B et de l’acide folique
  • Quand on manque d’énergie avec un apport en fer, en vitamine C, en minéraux et en acides aminés essentiels

 

Les feuilles d’orties peuvent se préparer de différentes façons. La forme la plus connue étant la recette de la soupe d’orties. Vous pouvez aussi la blanchir et la consommer comme des épinards. J’ai même trouvé une recette de boisson fermentée d’infusion d’orties.

orties piquantes séchées

Feuilles d’orties piquantes séchées

 

Comment récolter les feuilles d’orties ?

Les feuilles d’orties piquantes se récoltent au début du printemps ou au début d’automne. Ce sont les jeunes feuilles que l’on collecte, avant la floraison, en prélevant les feuilles du haut de la plante (les 2 – 3 feuilles du haut).

Portez des gants pour ne pas vous faire mal. Mais une fois cuites ou séchées, les feuilles d’orties ne piquent plus.

Le lieu de récolte doit être choisi avec soin. Les orties ont la capacité emmagasiner les minéraux mais aussi les substances toxiques comme les pesticides et les particules fines. Il faut être sûr de récolter de l’ortie loin des lieux de passage et des champs qui peuvent avoir été traités.

Sachez qu’il y a souvent beaucoup d’insectes sous les feuilles d’orties. Pensez à bien les laver puis les égoutter avant de pouvoir les faire sécher.

Le séchage est délicat et se fait à plat, dans l’obscurité pendant au moins une semaine.

 

Ma recette du gomasio maison aux orties

Les ingrédients pour un sel d’orties piquantes

Pour 50 g :

  • 25 g de feuilles d’orties séchées et broyées
  • 3 g de sel de Guérande
  • 7 g de graines de sésame
  • 7 g de graines de lin
  • 8 g de graines de courges

Les graines de sésame sont riches en oméga 6 et les graines de lin en oméga 3. La combinaison des deux apporte un mélange équilibré. Les graines de courges ont aussi des propriétés diurétiques.

L’association des graines de sésame et du sel de mer rappelle la recette du goma-sio. Un condiment japonais qui offre une très bonne alternative au sel, et qui est préparé avec du sésame grillé et du sel.

Comment manger des orties piquantes ?

Gomasio vert à l’ortie piquante

Préparation du sel d’orties piquantes

  • Commencez par torréfier à la poêle les graines de sésame. Ne les chauffez pas trop pour ne pas les brûler. C’est important de griller les graines de sésame dont l’écorce contient de l’acide phytique, qui est un anti-nutriment. Il est présent dans l’écorce des céréales et des légumineuses. L’acide phytique bloque l’assimilation de certains minéraux et des protéines.
graines pour gomasio à l'ortie

Les graines de sésame doivent être grillées pour éliminer l’acide phytique

  • A l’aide d’un mixeur, broyez les feuilles d’orties quelques secondes pour les réduire en petit morceaux (mais pas en poudre)
  • Ajoutez ensuite dans le mixeur le reste des ingrédients et mixez encore quelques secondes
  • Transvasez dans un petit pot en verre
Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   3 usages de l'huile de millepertuis pour les douleurs et les blessures

Petite astuce, n’ajoutez surtout pas les graines de lin dans la poêle chaude. Ça saute comme du pop-corn !

Inutile de fabriquer une trop grosse quantité de ce sel car les graines une fois broyées sont plus sensibles à l’oxydation. Consommez ce goma-sio vert rapidement.

 

Quelles quantités de sel d’orties peut-on manger ?

L’usage traditionnel de l’ortie piquante en infusion est de préparer une tisane avec 50 g de feuilles séchées pour 1 litre d’eau, et d’en boire 3 tasses dans la journée. Quant à la plante séchée, je me suis appuyée sur les recommandations de l’Arthritis Foundation : 1300 mg par jour.

Mon sel d’orties contient 50% de feuilles d’orties broyées, et 6% de sel. J’en verse une petite cuillère à café dans mon assiette (soit l’équivalent de 2 grammes), et une pointe de couteau pour les enfants.

 

A l’usage je vous propose de varier les graines et les herbes de cette recette et de ne pas la consommer tous les jours sur une longue période.

Vous pouvez imaginer d’autres déclinaisons de ce gomasio maison, avec de la prêle qui est aussi riche en minéraux. Et pourquoi pas la décliner avec les aromates du jardin (romarin, sauge, basilic …) ou des algues séchées. La quantité de sel peut aussi être réduite voire complètement supprimée selon vos habitudes et vos goûts.

 

Qui devrait éviter de manger des orties ?

L’ortie est une plante sûre aux doses usuelles. Toutefois, voici ce que j’ai trouvé qui mérite d’être souligné.

La consommation d’orties piquantes est contre indiquée pour :

  • Les personnes diabétiques car l’ortie peut diminuer le taux de sucre dans le sang (1)
  • Les femmes enceintes il peut stimuler des contractions utérines
  • Celles qui souffrent d’hypotension ou d’insuffisance rénale (2)
  • L’effet de l’ortie pourrait s’ajouter à celui de certains médicaments (notamment les médicaments hypotenseurs, antiplaquettaires ou hypoglycémiants) (3)
  • Vérifiez toujours les interactions possibles auprès de votre pharmacien

 

En résumé, ce sel d’orties est une façon amusante d’introduire un peu de bonnes herbes dans les repas.

Mais pour profiter complètement des bienfaits de l’ortie en tant que plante médicinale, il faut envisager de compléter par d’autres formes : notamment l’infusion (3 tasses par jour, pendant 3 semaines), la teinture (30 gouttes, 3 fois par jour) et des recettes de cuisine pour manger les feuilles d’orties fraiches ou justes blanchies.

Et je me répète, s’il s’agit de prendre en charge un problème de santé on ne peut pas le régler en choisissant des plantes à droite, à gauche. Il faut réfléchir de façon globale en prenant conseil auprès de votre médecin ou d’un professionnel de santé qui connaît les plantes.

 

Références :

(1) Thèse sur l’ortie dioïque. Université de Nancy 1. Francine Draghi. 2005

(2) Article medicalnewstoday sur l’ortie

(3) Passeport santé : l’ortie

Blog : urticamania

Stinging Nettle, healthline.com

Docteur Jean Valnet, la Phytothérapie

Dr Weiss. Herbal Medicine

 

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  • 19
  •   
  • 19
    Partages
2 réponses
  1. Elisabeth
    Elisabeth dit :

    Bonjour Caroline,
    J’ai lu votre texte sur les orties et je vais faire le gomasio étant donné que j’ai des orties séchées sous la main (provenant de la droguerie). Dommage que le temps de conservation soit si court. Je me demandais si, en le mettant au frais on pourrait en prolonger la conservation.
    Pour la tisane d’ortie vous notez la quantité de 50 gr feuilles séchées pour un litre d’eau. Cela me paraît énorme.

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      Bonjour Elisabeth,

      Le pesto se conservera sans problème, mais les il sera moins nutritif si vous le laissez traîner dans un placard. C’est mieux si vous pouvez manger les graines broyées rapidement.
      Pour la tisane c’est surprenant quand on est habitué aux sachets de thé. Mais dans une optique thérapeutique, c’est à dire pour profiter de propriétés de l’ortie en tant que soin la dose est bien de 40 à 50 g de plante sèche par litre d’eau. Ce qui correspond à environ 4 cuillères à soupe.

      A bientôt

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *