recette de tisane de thym

Tisane de thym : 3 outils pour soigner un rhume

Vous pensez qu’il faut avoir une armoire aux plantes bien remplie pour pouvoir se soigner naturellement ? Inutile de faire de votre cuisine une herboristerie miniature. Il suffit d’avoir au jardin, sur le balcon ou dans la cuisine, une plante toute simple et tellement efficace. Nez qui coule, bronches encombrées, toux, sinus bouchés ? Une tisane de thym, prise au bon moment, bien dosée et bien préparée sera votre meilleur allié. Dans cet article vous apprendrez comment une simple tisane de thym peut vous apporter 3 outils très efficaces pour soigner rhume, une bronchite et les refroidissements.

La tisane de thym : un basique pour désinfecter et désencombrer les bronches

Un puissant désinfectant des voies respiratoires

Vous le connaissez comme aromate pour agrémenter plats et sauce. Sachez que le thym est utilisé depuis l’Antiquité et pas que pour faire la cuisine. D’ailleurs, on l’a utilisé contre la lèpre, c’est vous dire comme on croyait en son efficacité.

Thymus_vulgaris

Thym commun

Qu’est-ce qui fait du thym une plante médicinale de premier ordre ?

Il fait partie de la même famille que les Menthes et la Lavande (les Lamiacées), et à en juger par son odeur aromatique puissante, vous aurez deviné qu’on en extrait une huile essentielle.

Le thym contient des essences aromatiques, et notamment des phénols, très puissants désinfectants (antibactériens et antiviraux). Ce sont ces composés que l’on retrouve dans l’huile essentielle de thym. Mais attention, ils varient selon l’origine géographique de la plante (le chémotype) et toutes les huiles essentielles de thym ne sont pas équivalentes. Pour comprendre pourquoi les huiles essentielles d’une même plante sont différentes consultez cet article bien décrit sur la chimie des huiles essentielles.

Cette huile essentielle est dermo-caustique, on ne l’emploie pas pure sur la peau et elle doit être diluée à hauteur de 20% dans une huile végétale. L’huile essentielle de thym à linalol est la mieux tolérée. Vient ensuite celle de thym thujanol. Mais les huiles essentielles de thym à thymol et à carvacrol sont à réserver à des personnes expérimentées. Toutes les huiles essentielles de thym sont à éviter pendant la grossesse et l’allaitement.

 

L’efficacité du thym tient beaucoup à ses composants aromatiques, mais pas seulement. En effet, il contient d’autres actifs comme des antioxydants, des amers.

 

Parmi les propriétés qui nous intéressent pour les états grippaux et l’encombrement des bronches :

  • Expectorant et mucolytique : il fluidifie le mucus et favorise son évacuation et favorise la respiration
  • Antispasmodique : il permet de calmer la toux et de relaxer les voies respiratoires (en particulier les bronches)
  • Bactéricide (thym commun) et antiviral (le thym serpolet) : pour désinfecter la sphère respiratoire
  • Tonique (pour mobiliser l’organisme et lutter contre les virus)
thym : un remede naturel pour la toux

Le thym : indispensable sous toutes ses formes (tisane de thym, teinture, sirop, inhalation …)

Comment le thym agit-il sur la toux et les bronches ?

Les principes aromatiques sont absorbés par la digestion et ils sont évacués par les poumons¹. C’est justement le lieu précis où nous avons besoin de leur action. Ainsi, ils décongestionnent les bronches, assainissent et calment les spasmes (contraction des bronches).

Résultat : le mucus qui congestionne et risque de se surinfecter est évacué, la toux est calmée et la respiration est améliorée.

 

Quel thym choisir ?

Le thym commun : c’est un petit arbuste vivace et ligneux qui ne dépasse pas 30 cm. Ses fleurs sont violet clair à mauve, et ses feuilles sans pétioles sont légèrement velues sur la face intérieure. Il dégage une odeur aromatique. Le thym se cultive très bien, même sur un bout de fenêtre, pourvu qu’il soit au soleil et les pieds au sec dans un sol bien drainé.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   La consoude : feuilles ou racines ?

Le thym sauvage, thym rouge, est plus petit (20 cm). Autre variété, le thym serpolet, dont  les fleurs sont roses ou pourpre. Il est antiseptique des voies respiratoires, là où le thym commun sera seulement bactéricide.

thym sauvage

Le thym : on le repère à ses fleurs blanches à mauves

La variété de thym qui offrira la meilleure efficacité est le thym sauvage, que vous pouvez utiliser frais. A défaut, le thym cultivé, sans pesticides et à l’écart de la pollution, peut être cueilli quand vous en avez besoin : pour la cuisine comme pour vos préparations à base de plantes.

 

Comment préparer une tisane de thym ?

Préparation et dosages :

On utilise les sommités fleuries (les parties hautes de la plante). En herboristerie, ce sont les feuilles séchées que l’on trouve.

  • Versez une tasse d’eau froide dans une casserole.
  • Ajoutez une cuillère à soupe de feuilles de thym séchées (2 cuillères si les feuilles sont fraîches)
  • Faites chauffer l’eau en restant à proximité de la casserole car l’eau ne doit pas bouillir. Les composants aromatiques sont très volatiles et ne resteront pas dans la tisane si vous la portez à ébullition. Retirez la casserole du feu dès que l’eau frémit (petites bulles).
  • Couvrez et laissez infuser 15 minutes.
  • Retirez le couvercle en prenant bien soin de reverser dans la casserole les gouttes de condensation (ce sont les fameux composants aromatiques).

Utilisation : 2 tasses par jour en prévention (en sortie d’une infection hivernale par exemple). Une tasse toutes les 2 heures, dès les premiers symptômes (grippe, rhume, bronchite, sinusite).

tisane de thym

La tisane de thym est complétée par du miel et du gingembre en cas de rhume ou de grippe

Pour renforcer l’action de votre infusion de thym :

Complétez cette infusion de thym d’un peu de miel et de quelques tranches de gingembre (à ajouter à l’eau froide) ou d’un peu de jus d’1/2 citron frais.

Vous pouvez aussi ajouter 120 gouttes de teinture alcoolique de propolis dans une cuillère à café de miel, et le dissoudre dans l’infusion de thym. La propolis est antivirale, anti-inflammatoire et aide à renforcer les défenses immunitaires.

 

En inhalation : les vapeurs de thym pour dégager nez, bronches et sinus

En complément des tisanes, c’est aussi une bonne idée de préparer une inhalation pour dégager rapidement le nez, les bronches et les sinus. Pour cela, c’est aussi facile que de préparer une infusion de thym classique.

  • Faites chauffer une casserole d’eau et portez à ébullition
  • Dans un récipient, versez 2 cuillères à soupe de feuilles de thym par bol d’eau
  • Versez l’eau dessus juste au moment de l’utiliser
  • Placez votre tête au-dessus du bol, à une distance suffisante pour ne pas vous brûler. Et posez une serviette sur votre tête pour former une ‘tente’
  • Respirez profondément avec la bouche entre-ouverte, pendant 5 à 10 minutes

 

Renouvelez cette inhalation plusieurs fois par jour pour améliorer la respiration et dégager les bronches ou les sinus.

Également, vous pouvez compléter cette inhalation au thym avec 3 à 5 gouttes d’HE de thym à linalol, de Pin sylvestre ou d’Eucalyptus radiata.

Les fleurs de camomille romaine séchées complètent bien cette infusion de thym pour son action anti-inflammatoire et antispasmodique (calmer la toux et l’inflammation) ¹ . Une idée de dosage serait par exemple 1 cuillère à soupe de chaque plante dans un grand bol d’eau chaude.

 

Sachez que ces inhalations peuvent être réalisées avec les enfants, à partir de 3 ans (vous pouvez le faire avec lui sous la serviette) mais sans les huiles essentielles.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Comment faire un sirop de radis noir pour la toux ?

 

Une tisane de thym concentrée en sirop : pour les maux de gorge et apaiser la toux

Une autre façon de profiter des bienfaits du thym en cas de refroidissement hivernal, c’est le sirop. Cette préparation à base de plantes est intéressante pour les jeunes enfants qui ne voudront pas boire de tisane.

Autre avantage : vous pouvez préparer votre sirop en avance et le compléter avec d’autres plantes médicinales qui seront bénéfiques soit pour la toux, soit pour les bronches (pensez au sirop de radis noir). Et, si ce sirop de thym est préparé pour des adultes, vous pourrez y ajouter des gouttes de teinture mère (de sauge pour les maux de gorge, ou de calendula pour réduire l’inflammation) ou encore de la teinture de propolis.

sirop de thym

Un sirop de thym maison : remède naturel contre la toux et les bronches encombrées

Comment préparer un sirop de thym ?

Pour confectionner un sirop vous allez commencer par préparer une infusion concentrée de thym.

Pour 250 ml de sirop :

  • Commencez par stériliser à l’eau bouillante, ou au four à 110, une ancienne bouteille de sirop ou à défaut une petite bouteille en verre
  • Faites-les bien sécher à l’envers sur un linge propre, pour évacuer toute l’eau
  • Versez 125 ml d’eau froide dans une casserole
  • Ajoutez 2 cuillères à soupe de feuilles de thym
  • Chauffez, mais sans porter à ébullition. Arrêtez-vous dès que l’eau frémit
  • Couvrez et laissez infuser 15 minutes
  • Retirez doucement le couvercle et reverser les gouttes de condensation dans la casserole
  • Filtrez et pressez le résidu de plantes pour en extraire le maximum d’infusion
  • Mesurez dans un verre gradué le liquide obtenu (en principe 125 ml) et versez dans un bol résistant à la chaleur
  • Ajoutez le même volume de sucre blanc
  • Faites chauffer doucement au bain-marie pour dissoudre complètement le sucre
recette de sirop pour la toux au thym

Chauffez la tisane de thym concentrée avec du sucre au bain-marie

  • Vous pouvez ajouter une cuillère à café de jus de citron filtré pour éliminer la pulpe, afin d’améliorer la conservation du sirop
  • Versez le liquide chaud dans la bouteille
  • Fermez et étiquetez. Laissez refroidir à température ambiante avant de le placer au frais.

Ce sirop se conserve 1 mois au réfrigérateur.

Utilisation : 1 cuillère à soupe, 3 à 4 fois par jour (adultes).

 

Quels dosages de tisane de thym pour les enfants ?

Le thym sous la forme de plante entière, sèche ou fraîche, ne présente pas de contre-indications. On peut en donner aux enfants² sous les formes indiquées dans cet article.

Je me suis appuyée sur les écrits d’Aviva Romm, sage-femme et herbaliste américaine, pour préciser les dosages.

 

Quelles doses pour quelles préparations ?

  • Tisane de thym : préparez l’infusion avec pour une tasse d’eau, une cuillère à café à une cuillère à soupe (selon l’âge de l’enfant) de feuilles de thym séchées. Faites-boire 1/4 de tasse à 1 tasse, jusqu’à 4 fois par jour (le dosage varie selon l’âge et le poids de l’enfant, à partir de 3 ans).
  • Infusion de thym dans un bain : remplissez une chaussette de feuilles de thym. Faites un nœud et laissez infuser dans la baignoire pendant que le bain coule. Pressez de temps en temps pour faire sortir le ‘jus’.
  • Inhalation de thym : portez de l’eau à ébullition. Versez 1 cuillère à soupe de thym pour l’équivalent d’un bol d’eau.
  • Sirop de thym : 1 cuillère à café à une cuillère à soupe, 4 à 6 fois par jour, selon l’âge et le poids de l’enfant.

 

Précautions d’emploi

Les huiles essentielles de thym sont dermocaustique, certaines sont contre-indiquées en voie interne. Elles sont déconseillées pour les femmes enceintes et allaitantes. Vérifiez les précautions d’utilisation selon le chémotype de l’huile essentielle de thym.

A savoir, certaines personnes sensibles peuvent être gênées au niveau gastrique par la prise d’infusion de thym.

 

Pour résumer, le thym est un indispensable de l’herboristerie familiale. Puisqu’il est facile à trouver, polyvalent et très efficace, je vous encourage à la tester sans modération.

 

Et vous ? Que faites-vous pour soigner vos rhumes ? Avez-vous utilisé la tisane de thym ?

 

Références :

  1. Rudolf Fritz Weiss. Herbal Medecine
  2. Aviva Jill Romm. Natural Healthy Babies and Children
  3. Dr Valnet. La phytothérapie et L’aromathérapie

 

Crédits photo : CC BY-SA 3.0, wikimedia.org-260175 & Henry Brisse, mesrecettesnaturelles.com

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  • 7
  •   
  • 7
    Partages
2 réponses
  1. Valérie
    Valérie dit :

    Bonjour,

    J’utilise déjà depuis de nombreuses années ce remède, ainsi que différentes variantes. Pour ma part, il est donc adopté depuis longtemps.
    Mais, je ne pense pas me tromper en disant que le thym est un anti-inflammatoire .
    Hors, actuellement avec la pandémie de covid-19, les autorités médicales insistent fortement sur l’interdiction d’automédication aux anti-inflammatoires et qu’il faut donc éviter les plantes et HE anti-inflammatoires.
    Est-il vraiment prudent de conseiller ce traitement naturel en ces temps compliqués?
    Cordialement

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      Bonjour Valérie,

      Merci de poser cette question.
      Oui, le thym a des propriétés anti-inflammatoires, comme beaucoup d’autres plantes.
      Concernant le Coronavirus, ce sont les médicaments qui ont une action anti-inflammatoires (les anti-inflammatoires non stéroïdiens & les corticoïdes) qui sont déconseillés. En agissant à l’encontre de la fièvre, ils entravent la réaction du système immunitaire et masquent les premiers symptômes.

      Les plantes ne peuvent être envisagées que pour l’une de leurs propriétés isolées. Elles agissent dans leur ensemble par un synergie d’action. La dose également est à prendre en compte, et on pourrait difficilement mettre sur le même plan une infusion composée de plusieurs plantes, un extrait concentré de plantes et un médicament de synthèse.

      Christophe Bernard a apporté une réponse précise à cette question que vous pouvez lire ici : https://www.altheaprovence.com/plantes-anti-inflammatoires-et-coronavirus/

      Dans le contexte actuel j’éviterais probablement les huiles essentielles anti-inflammatoires, et je mélangerai le thym avec d’autres plantes qui complètent son action et également pour en réduire la dose. Parmi elles : le gingembre, le bouillon blanc, le sureau, le lierre terrestre ..
      Mais sans hésitation je continue à faire confiance aux plantes qui ont une action douce, reconnue depuis longtemps et qui agissent pour soutenir les mécanismes naturels du corps.

      Notons que dans cet article il s’agit d’accompagner avec les plantes un rhume ou une grippe. Nos connaissances sur le coronavirus étant encore bien limitées.
      Vous avez raison de souligner que dans le contexte, il nous faut redoubler de prudence. Et je vous invite à consulter votre médecin ou votre pharmacien pour en parler avec lui.

      A bientôt,

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *