crème solaire naturelle

Trouver une crème solaire naturelle : le casse-tête de chaque été. Cette crème tellement indispensable, qu’on tartine abondamment sur le corps des enfants (et sur le nôtre au passage) est encore bourrée d’ingrédients indésirables. Encore une fois, je me suis confrontée au choix cornélien de l’achat d’une crème solaire. Bio, minérale, naturelle ? Sans grande conviction je passe à la caisse et l’addition est plutôt salée … Je ronchonne et je rentre chez moi avec l’idée de fabriquer ma crème solaire naturelle, fait maison. Un challenge que je m’étais toujours refusée à relever. Verdict ? Dans cet article vous trouverez ma recette de filtre UV naturel, les tests en live sous le soleil et ma reco finale pour vous accompagner cet été.

Crème solaire naturelle : la faire soi-même ?

C’est un des rares produits de la salle de bains que je n’ai pas voulu remplacer. Et bien voilà, j’ai fini par faire le grand saut. Pour quel résultat ?

Cette semaine, c’était la mission : acheter des crèmes solaires bio. Une pour moi, une pour les enfants. Le passage en caisse m’est resté au travers de la gorge : 42,80 €. Plutôt salée l’addition.

Alors que je rentrais chez moi de mauvais poil, je me suis finalement décidée à me lancer. Est-ce possible de la faire soi-même cette crème solaire ?  Puisque j’avais dans mes placards tout le nécessaire pour fabriquer une crème solaire naturelle, ni une ni deux, c’était parti.

Quels ingrédients pour une crème solaire naturelle ?

Il me restait un pot (vraiment vieux) d’oxyde de Zinc. Certains le remplaceront par du dioxyde de Titane, mais pas avant d’avoir lu tout l’article (oui, oui, jusqu’en bas) pour faire votre choix.

Il vous faudra :

  • un filtre UV naturel : poudre minérale (oxyde de Zinc ou dioxyde de Titane). Pas sous forme de nanoparticules
  • de l’huile de coco
  • du beurre de karité
  • une huile végétale
  • de la cire d’abeille
  • de la vitamine E

Les huiles essentielles m’ont semblées inutiles dans cette crème solaire. Mais ne vous privez pas d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de Lavande fine (cicatrisante et réparatrice) dans votre huile de carotte après soleil.

recette de crème solaire maison

Crème solaire naturelle : la recette

Les ingrédients

Pour 100 g

  • 35 g d’huile de coco
  • 13 g de beurre de karité
  • 17 g d’oxyde de zinc
  • 10 g de cire d’abeille
  • 24,5 g d’huile végétale (j’ai choisi mon huile de carotte maison)
  • 0,5 g de vitamine E

Tous les ingrédients bio, de préférence.

Préparation

C’est là que cela se corse. L’oxyde de Zinc à tendance a faire des grumeaux solides qu’on a du mal à casser. Comme le mien était complètement sec, je l’ai passé au mixeur ce qui n’était pas du tout une bonne idée (poussières très irritantes + résidus difficiles à nettoyer). Et pourtant je le savais qu’il ne fallait pas le faire … obstination :)

Finalement, j’ai choisi de disperser l’oxyde de Zinc en fin de préparation dans la crème en utilisant un mixeur à lait (ou un mixeur plongeant). Mais vous devrez passer par un nettoyage soigné après la préparation de votre crème solaire : utilisez de l’eau très chaude, une petite brosse et du savon.

Je vous conseille de porter un masque lorsque vous manipulez l’oxyde de Zinc (ou le dioxyde de Titane) pour ne pas respirer les poussières dans l’air. Si vous avez des ustensiles dédiés à la préparation de vos cosmétiques maison, c’est vraiment mieux.

Les étapes

  1. Dans un bol résistant à la chaleur, pesez l’huile de coco, le beurre de karité, l’huile végétale et la cire d’abeille
  2. Faites chauffer au bain-marie jusqu’à ce que la cire d’abeille ait fondu (si votre huile végétale est fragile, ajoutez-là au dernier moment dans le bain-marie)
  3. Pendant ce temps, pesez l’oxyde de zinc avec une balance de précision (comme celle-ci)
  4. Lorsque la cire d’abeille a fondu, versez l’oxyde de Zinc dans le mélange encore sur le bain-marie
  5. Mélangez pour bien disperser la poudre et retirez du feu
  6. Avec un mixeur à lait (comme celui-ci) ou un mixeur plongeant, mixez pour bien disperser l’oxyde de zinc et casser les particules (le fait de travailler la poudre dans les huiles fondues évite de projeter des poussières dans l’air). Je vous préviens, le mixeur va avoir besoin d’un nettoyage ultra minutieux
  7. Ajoutez la vitamine E
  8. Laissez refroidir un peu la crème jusqu’à ce qu’elle commence à épaissir (voir la texture dans la vidéo). Cette étape est importante car elle évite que la poudre minérale ne tombe au fond de votre crème solaire
  9. Mélangez plusieurs fois pour répartir la poudre d’oxyde de Zinc dans la crème solaire
  10. Quand vous avez la bonne consistance, coulez en pot
  11. Laissez refroidir complètement avant de fermer le couvercle

Une bonne idée, cette crème solaire maison ?

Au niveau de la préparation :

Définitivement, je n’ai pas aimé manipuler l’oxyde de Zinc. Comme le dioxyde de Titane, ce sont des poudres minérales qui ne sont pas inoffensives et qu’il vaut mieux éviter de respirer (je dirais même les éviter tout court).

La difficulté principale c’est de disperser l’oxyde de Zinc dans la crème de façon homogène. C’est lui qui assure la protection minérale contre le soleil. Si toute la poudre se retrouve au fond de votre pot de crème, c’est raté. En laissant refroidir ma préparation je m’en suis bien sortie (il m’a fallu trois essais pour y parvenir).

Le moment de vérité : test sous le soleil

Le match crème solaire bio vs crème solaire maison :

  • à l’application sur la peau :  la crème solaire bio est beaucoup plus agréable. Elle sent bon, elle est fluide, elle ne laisse pas de film blanc
  • au niveau texture : la crème solaire naturelle s’en sort bien. Fondante, facile à appliquer. Elle est un peu blanche mais elle s’étale facilement. C’est un peu gras :)
  • résistance à l’eau : KO, pour les deux
  • protection solaire : je n’ai pas noté de différence entre les deux crèmes, pour une exposition “modérée” (après 16h, pendant 1h).

Crash test : une journée en montagne

Cette fois-ci je lui ai fait subir l’épreuve ultime d’une journée d’été en montagne.

Appliquée généreusement sur le visage, elle pénètre bien. On peut lui reprocher de laisser des petits grains blancs sur la peau (sans doute le problème de mon oxyde de Zinc un peu collé).

J’en ai appliqué toutes les 2 heures, et rien à redire à la fin de la journée.

Bilan : j’ai quand même été raisonnable, j’ai porté une casquette, j’ai bien appliqué la crème régulièrement. Ne faites pas une confiance aveugle dans une crème solaire maison. Toutes les peaux ne réagissent pas de la même façon au soleil. Testez et restez prudent.

Crème solaire maison en montagne
Prête pour une journée de rando avec ma crème solaire

Efficace, la crème solaire maison ?

Comment savoir quel est l’indice de protection solaire de cette crème ? Même si certaines huiles végétales ont un indice de protection solaire (c’est le cas de l’huile de coco, d’avocat et du beurre de karité), on ne peut pas empiler les indices.

1 + 1 ne fait pas forcément 2. A moins de le mesurer en labo.

Difficile de savoir si une crème solaire maison est assez efficace.

C’est certainement mieux que ne rien mettre pour se protéger du soleil, mais probablement pas suffisant pour une exposition prolongée.

Verdict : je ne l’utiliserai pas pour les enfants, pas pour les premiers soleils ni sur le visage.

Ma recommandation : vous équiper d’une bonne crème solaire bio.

Si vous voulez donner une chance à la crème solaire maison, testez la en complément, quand le soleil est moins fort et en restant raisonnable avec le soleil.

Alors, comment la choisir cette fameuse crème solaire ?

comment choisir une crème solaire naturelle ?

 

Choisir une crème solaire : toxique pour vous, ou pour l’environnement ?

Les filtres UV organiques sont les plus efficaces, mais …

Premier piège : organique n’a rien à voir avec naturel. Derrière l’appellation filtre UV organique il faut comprendre filtre UV chimique.

Un filtre UV chimique est composé de molécules synthétiques qui absorbent les UV à la place de la peau. Ils agissent de l’intérieur et ont un délai d’action différé : 20 à 30 minutes après avoir mis la crème solaire sur la peau.

Crèmes solaires : des conséquences à long terme sur la santé

Le problème des filtres chimiques, c’est qu‘ils rentrent dans la peau, dans le sang et plus largement dans l’organisme (on en retrouve dans le sang mais aussi dans l’urine, le placenta, le lait maternel …) (source 1).

Plusieurs études ont souligné l’action perturbatrice du système endocrinien de ces filtres chimiques (action sur le développement neurologique, sur la reproduction, l’équilibre hormonal … lire cet article pour mieux comprendre les perturbateurs endocriniens et comment les éviter).

Quelques noms barbares à repérer sur les étiquettes : Benzophénone, L’Ethylhexyl-Methoxicinnamate, Octocrylene, Homosalate …

Pour faire simple, ces filtres chimiques dans les crèmes solaires sont clairement à éviter pour leur effet nocif sur la santé. Si cette raison ne suffit pas à vous en détourner, la corde écologique raisonnera peut-être d’avantage ?

Les filtres des crèmes solaires : toxiques dans l’eau

Chaque année ce sont des quantités énormes de résidus de crème solaire qui s’accumulent dans les fonds marins.

Les premiers visés : les coraux qui finissent par blanchir et par mourir. Mais ce ne sont pas les seuls. Toutes ces substances synthétiques dans l’eau sont ingérées par les poissons qui souffrent également de perturbations hormonales et endocriniennes. A long terme ces espèces sont menacées.

L’effet est tel, qu’Hawaï a été le premier état américain a interdire les crèmes solaires contenant certains filtres chimiques, pour une mise en place effective en 2021.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Un baume à lèvre maison au miel et au pissenlit

Vous pensez peut-être que cela ne concerne que les mers tropicales et leurs massifs de coraux ?

Raté ! Toutes les eaux usées, les lacs, les rivières sont concernées. On a retrouvé certains filtres solaires chimiques dans les poissons des lacs Suisses et dans les truites de rivières. Il suffit de chercher pour trouver.
En bout de chaîne, cela finit dans votre assiette : sur 11 filtres chimiques recherchés, 9 ont été retrouvés dans des poissons consommés en Europe. (source 2)

Une (bonne ?) alternative naturelle : les filtres minéraux

2 avantages des filtres minéraux

L’autre façon de protéger la peau du soleil, c’est de refléter les UV comme un miroir. Les poudres minérales blanches le permettent (zinc, titane) et absorbent une partie des UV (UVA et B).

L’oxyde de Zinc et le dioxyde de Titane sont les seuls filtres minéraux acceptés dans les crèmes solaires bio.

Gros avantage : les crèmes solaires minérales sont efficaces immédiatement dès l’application, à la différence des filtres chimiques. Les particules minérales ne pénètrent pas, en principe, la barrière de la peau. Ils sont ainsi jugés sûrs par la Commission Européenne. Même sous la forme nano.

Efficaces seulement s’ils sont bien utilisés

Les filtres minéraux devraient être appliqués en couche plus épaisse et plus souvent que leur alternative chimique. Sauf que :

  • comme ils laissent des traces blanches sur la peau, on n’a pas envie d’en mettre beaucoup
  • ils ne résistent pas à l’eau et on ne pense pas à en appliquer plus souvent

C’est quoi une nanoparticule ?

C’est une molécule très petite, qui est très utilisée dans les cosmétiques (fond de teint, crèmes solaires, crèmes corps …). Le dioxyde de Titane et l’oxyde de Zinc, quand ils sont sous forme nano, ne laissent pas de film opaque blanc sur la peau tout en offrant la même protection solaire. Forcément ils sont plus appréciés des consommateurs et des fabricants.

Gros problème : ces particules sont irritantes quand on les respire. Elles rentrent dans notre corps par les poumons et font de gros dégâts : risques de cancers, vieillissement des cellules …

Et si la peau est abîmée, méfiance ! C’est encore une autre voie d’absorption pour ces particules qui sont toxiques. Prudence en cas d’eczéma, de petites coupures, d’égratignures, d’épilation un peu trop musclée …

Le dioxyde de Titane est classé cancérigène probable par le centre de recherche sur le cancer. Il est interdit comme additif alimentaire en France (E171) depuis le 1er janvier 2020.

En réalité on sait encore peu de choses sur l’effet des nanoparticules sur la santé. On commence à lire qu’il est cancérigène dans les cosmétiques par inhalation. D’ailleurs il est interdit dans les produits en aérosols. Des études sont toujours en cours.

L’oxyde de Zinc, quant à lui, est nocif pour l’environnement (il s’accumule dans l’eau et dans les sols). Pourtant il est autorisé dans les cosmétiques, et jugé sûr pour la santé jusqu’à 25% dans les crèmes solaires, même sous la forme nano (source : Comité Scientifique de la Commission Européenne).

Que peut-on en dire finalement de ces filtres solaires ?

Les filtres chimiques sont clairement à éviter. Les filtres minéraux des crèmes solaires bio sont mieux sur le papier … à condition de bien les utiliser et d’en mettre souvent et généreusement.

Quant aux nanoparticules, on devrait pouvoir lire sur l’étiquette si la crème solaire en contient. Sauf que, dans la pratique, c’est très difficile d’établir la taille de la molécule et que l’étiquetage est peu respecté. Cosmebio s’est positionné pour le principe de précaution et interdit de revendiquer la mention sans nano particules sur les cosmétiques.

Leur effet sur la santé et sur l’environnement est encore flou. Ou plutôt que faute d’offrir une vraie alternative, on ne dit pas ?

Et si les plantes permettaient de renforcer naturellement la protection de la peau ? C’est le parti pris d’Oolution avec son baume protecteur No Ray qui mérite d’être testé.

J’ai bien aimé la composition courte et naturelle de la crème solaire solide Comme Avant.

creme-solaire-comme-avant

En cherchant bien, le casse-tête de la crème solaire est aussi l’occasion de trouver des initiatives respectueuses de la nature et de notre corps. Cela reste cher. Oui, c’est le prix à payer pour être protégé.

Et vous, avez-vous déjà fabriqué votre crème solaire naturelle ? Comment l’utilisez-vous ?

Références :

1 – Endocrine Active UV Filters: Developmental Toxicity and Exposure Through Breast Milk – 2008

2 – UV-filters and musk fragrances in seafood commercialized in Europe Union: Occurrence, risk and exposure assessment. 2017

3 – Multipharma – Dossier sur la nocivité des filtres solaires chimiques – 2019

Zoom sur les nanomatériaux – Cosme bio

Nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les protections solaires – Green facts

Guide d’achat des crèmes solaires – Que choisir

Photos : Salvador Martin Yeste – Unsplash, Mesrecettesnaturelles.com

Vous aimez cet article ? Partagez-le 💖
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •   
  • 4
    Partages
8 réponses
  1. marie cataldo
    marie cataldo dit :

    Bonjour Caroline. Merci de partager ton savoir faire , j aime beaucoup les recettes que tu nous proposes je t apprécie énormément . Je vais réaliser la crème solaire car comme tu le dis si bien beaucoup sont bourrée d’ingrédients indésirables et les bio sont un peu trop cher . Merci !!

    Répondre
  2. Fedwa
    Fedwa dit :

    Bonjour Caroline
    Merci pour le partage et les informations intéressantes, je voudrai juste attirer l’attention sur le fait que la crème du commerce est fluide car c’est une crème qui a la phase huileuse et la phase aqueuse, cette dernière manque dans la préparation faîte maison.
    Je crois que si on ajoute du gel d’aloès Vera ce sera plus fluide.
    Très bonne soirée

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      Merci de le préciser.
      J’ai essayé de fabriquer cette crème avec une phase aqueuse, cela n’a pas du tout été concluant. Peut-être en effet juste lui ajouter du gel d’aloe vera.

      Répondre
  3. Marie du blog secrets de nutritionniste
    Marie du blog secrets de nutritionniste dit :

    Bonjour Caroline,
    merci de nous livrer tes essais et tes hésitations, j’avais exactement les mêmes !
    J’avais repéré la crème solaire solide Comme avant (indice 25) pour mon fils car il deteste l’étalement de la crème solaire bio indice 50 qui le rend tout blanc.je crois que je vais l’essayer cette année (vacances à la montagne) La meilleure protection est peut etre quand même de rester à l’ombre au final !!!

    Répondre
    • Caroline
      Caroline dit :

      C’est triste de devoir l’admettre, mais oui :) rester à l’ombre aux heures chaudes, et limiter son exposition. Cela permet aussi de profiter de la vitamine D.
      Il y a peu d’écart de protection entre un indice 30 et un indice 50. C’est vrai que les crèmes indices 50 sont très blanches !

      Bel été !

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.