Cultiver sa connexion avec la nature

La connexion avec la nature fait de nous de meilleures personnes

Nous vivons une transformation, il y aura un avant et un après. L’angoisse, le confinement nous mettent à l’épreuve. Et le manque de nature se fait ressentir. Nombreux sont ceux qui n’ont pas la possibilité de sortir et de prendre un grand bol d’air. Et pourtant la connexion avec la nature que nous avions oubliée, est essentielle pour un bon fonctionnement du corps et de l’esprit. Ce n’est pas juste un privilège de maison secondaire, de provincial, de vie à la campagne. C’est un état d’esprit, un chemin, une façon de voir le monde, que chacun peut et devrait cultiver. Les bouleversements qui s’opèrent nous pousseront, je l’espère, à retrouver l’essentiel. Dans cet article vous apprendrez comment le lien à la nature fait de nous une meilleure personne : plus heureuse, en meilleure santé et plus responsable. Et vous trouverez comment cultiver ce lien, pour nous, comme pour les enfants. Concrètement je vous propose de découvrir les 5 portes pour travailler la connexion avec la nature et des exercices à mettre en application, même si vous ne pouvez pas sortir de chez vous.

 

Connexion avec la nature : comment vivre plus heureux et plus responsable ?

Nous savons tous intuitivement, qu’un grand bol de nature fait du bien à la santé et au moral. En réalité, c’est bien plus que cela. Et les effets ont même été mesurés par plusieurs études. L’une d’elle, conduite récemment par un groupe de recherche universitaire au Royaume-Uni nous apprend comment de petits gestes quotidiens, répétés, ont un effet spectaculaire sur le moral, le bonheur et la santé.

En 2016, l’université de Derby et l’association britannique “Wildlife Trust” ont demandé à des volontaires de s’engager pour 30 jours de nature. Il s’agissait chaque jour, pendant un mois, de faire quelque chose en lien avec la nature. Pas forcément des choses compliquées, le but était de se tenir à une action quotidienne comme grimper à un arbre, faire une couronne de fleurs, planter des fleurs sauvages, écouter le chant d’un oiseau, ramasser des galets …. L’association a même fourni une liste d’idées “sauvages” pour les 18 400 participants. Parmi-eux plus de 350 répondants à un questionnaire avant et après l’opération ont permis de collecter des données précises, pour mesurer les effets positifs sur la santé et le bonheur, mais également sur les comportements sociaux.

 

Retrouver le lien avec la nature rend plus heureux

Cette étude a permis de mesurer un sentiment de bonheur plus élevé. Les participants se sont aussi déclarés en meilleure santé (+30 %) par rapport au début de l’expérience. Ce qui est intéressant c’est de noter qu‘il ne suffit pas de mettre un peu de vert chez soi ou dans un lotissement pour que les gens se sentent détendus et heureux. Il faut s’engager physiquement et mentalement pour retrouver la connexion avec la nature. Par exemple, planter des fleurs pour les abeilles, mettre un hôtel à insecte, construire un abri pour les mésanges, prendre soin de ses plantes …

 

La connexion avec la nature nourrit le bien-être et le sens de la vie. Elle aide à réguler nos émotions et participe au sentiment d’être connecté.

 

L’immersion dans la nature prévient des maladies

Savez-vous que les arbres diffusent des huiles essentielles ?

Si vous avez déjà utilisé l’huile essentielle de Pin sylvestre, vous en avez fait l’expérience.

Les molécules aromatiques diffusées par les arbres ont des propriétés antivirales et antimicrobiennes (ce sont les monoterpènes comme l’α-pinene, le limonene…). Et lors d’une longue marche en forêt, elles sont inhalées et pénètrent dans le corps par les voies respiratoires. C’est donc une diffusion aromatique géante ! D’ailleurs vous pouvez le ressentir si vous vous promenez dans une forêt de résineux. Au bout de quelques heures, si vous êtes attentif, vous avez le sentiment de respirer mieux, plus profondément. En effet, ces molécules (les monoterpènes) sont antiseptiques atmosphériques, antivirales, expectorantes, antioxydantes et certaines ont même des propriétés pour prévenir les cancers.

Une promenade en forêt (longue, il ne suffit pas de sortir le chien) augmente l’activité des cellules immunitaires (NK). Une étude Japonaise de 2009 a comparé les analyses d’urine et les analyses de sang de 2 groupes : l’un qui a passé 3 jours et 2 nuits en forêt et un groupe qui est resté en conditions ‘normales’. Le taux de ces cellules immunitaires était significativement plus élevé, et cet effet a été mesuré pendant 30 jours après la sortie en forêt.

Faire un bain de forêt pour renforcer le système immunitaire et réduire le stress

Au Japon, ces “bains de forêts” qu’on appelle Shinrin-yoku sont proposés depuis les années 1980, comme une activité de relaxation et de gestion du stress.

Un bain de forêt, c’est à dire une immersion dans la forêt, tous les mois, permettrait donc d’être en meilleure santé (par un système immunitaire renforcé), et de lutter contre le stress, l’anxiété et la dépression.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Printemps : 4 conseils de naturopathe pour soutenir et nettoyer le foie

Pour en profiter, vous avez le choix : partez camper, initiez-vous au bushcraft, faites des randonnées en famille ou encore participez à un stage de bain de forêt.

bushcraft : pour profiter d'un bain de foret

Le bushcraft, pour profiter d’un bain de forêt avec le confort des Robins des bois

Plus de nature crée des comportements plus responsables

Encore plus efficace que les campagnes d’information Greenpeace et moins anxiogène que l’inatteignable zéro déchet. Retrouver la connexion avec la nature, avec la terre, modifie durablement nos habitudes de vie.

Sans effort, nos envies, notre vision du monde sont transformés. J’en ai fait l’expérience et c’est vrai que petit à petit, on observe le monde qui nous entoure différemment. On prend conscience des réactions en chaîne, et on n’a plus envie de participer à tout cela.

Cela n’a rien d’ésotérique, de magique. Cet effet a été mesuré auprès de 4 960 familles dans une étude anglaise de 2019. Les personnes qui sont au contact de la nature une fois par semaine ont :

  • Un mode de vie plus respectueux de l’environnement : trier, recycler, acheter local, emprunter des modes de transports doux …
  • Une plus grande implication dans la protection de l’environnement : faire du volontariat, participer à des associations, contribuer financièrement à des fonds de protection de l’environnement
  • Plus d’empathie et de capacité à être en lien avec les autres.

 

C’est donc un pas significatif pour prendre soin de notre Planète et créer un mode de vie durable. En ces temps de bouleversements intenses, la connexion avec la nature est un médicament indispensable.

Prendre un bain de foret

Prendre un bain de forêt : bon pour le moral et pour la santé !

L’éducation en nature : une alternative pour développer les compétences des enfants

Nous sommes faits pour être dehors, et pas derrière un écran. Les enfants, plus encore que nous, ont ce lien spontané et inné avec la Nature. Il suffit d’observer la joie d’un enfant sauter dans une flaque d’eau ou courir dans un champ pour s’en souvenir.

Dans son livre “La famille buissonnière“, Marie Gervais, auteur et blogueuse (education-creative.com) explique les bienfaits de la vie naturelle et les compétences que les enfants développent au contact de la Nature. Sur son blog comme dans son livre, Marie Gervais propose des activités simples et accessibles à mettre en pratique en famille.

Livre la famille buissonnière

 

Cultiver le lien avec la nature permet de développer des compétences clé

Au grand air et au contact de la nature, les enfants développent d’autres compétences :

  • L’estime et la confiance en soi : en leur laissant franchir des obstacles et résoudre des problèmes par eux-mêmes
  • La capacité à prendre des risques et à oser
  • Le développement moteur :courir, sauter, grimper …
  • La motricité fine : attraper, toucher, cueillir, construire …
  • La créativité et l’imagination : par le jeu, la préhension des matériaux à disposition
  • La patience et la persévérance : construire une cabane, planter et prendre soin des jeunes plants
  • L’empathie et le lien aux autres : apprendre à prendre soin de la nature c’est aussi prendre soin des autres et coopérer pour le faire
  • La responsabilité et le respect de l’environnement : en vivant pleinement l’impact de nos actions sur la nature

Idée d'activité jardin avec un enfant

Ainsi, les enfants prennent conscience de leur impact sur l’environnement et de l’importance des réactions en chaîne. Ils apprennent que tout est lié : le soleil et la plante, la terre et l’eau, les animaux et l’herbe qui les nourrit, les hommes qui dépendons des cultures et des animaux pour notre survie.

Éduquer les enfants avec la nature, c’est leur offrir la chance de comprendre ce que nous avons oublié : la nature n’a pas besoin de nous, mais nous en dépendons terriblement.

C’est aussi une façon de leur montrer comment trouver les ressources en eux, pour acquérir les apprentissages essentiels.

 

 

Forest school : quand la nature favorise les apprentissages scolaires

Le contact avec la nature favorise aussi les fonctions cognitives et la concentration. Le cerveau au repos est plus créatif et plus favorable aux apprentissages. C’est aussi une façon d’apprendre différemment, par l’expérience et par le jeu qui est particulièrement bénéfique aux enfants qui souffrent de troubles de l’attention.

Les écoles en nature ou même en forêt existent dans plusieurs pays (en Suisse pour les petits) mais aussi en France. Le réseau forest school recense les écoles alternatives qui proposent aux enfants d’être au contact de la nature par tous les temps. Des initiatives commencent à émerger dans certaines écoles maternelles publiques :)

Faire l'école en nature

Une activité ludique pour l’école dans la nature : l’herbier des couleurs. Merci Agathe !

Et comme nous l’avons vu au début de cet article, le lien avec la nature apaise. Un corps et un cerveau calme, c’est un enfant plus concentré et plus créatif. Les apprentissages sont aussi favorisés par le cadre naturel, par le jeu et par la liberté donnée aux enfants.

Les cours d’école en France n’ont pas été pensées pour les enfants, ce sont des espaces prévus pour être facile d’entretien et sécurisés. Moïna Fauchier-Delavigne, journaliste spécialiste de l’éducation, auteure avec Matthieu Chéreau de L’enfant dans la nature : pour une révolution verte de l’éducation. (Extrait d’une émission parue sur France Culture)

vivre en nature

Comment cultiver la connexion avec la nature, même quand on ne peut pas sortir de chez soi ?

Depuis le début de cet article vous vous dites, ce n’est pas pour moi… Je vis en appartement, dans une grande ville. Et bien non, justement. Cultiver le lien avec la nature, ce n’est pas réservé qu’aux personnes qui ont un jardin ou qui peuvent partir dans la forêt le week-end.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :   Vos questions sur les plantes et les ingrédients naturels

Pour vous guider, je vais vous donner 5 clés que vous pouvez utiliser chez-vous, même pendant le confinement. D’après les travaux de Nature connectedness research group. University of Derby. UK.

 

Les 5 portes pour trouver le lien avec la nature

  • Le contact : aller vers la nature et mobiliser ses sens : ouvrir la fenêtre pour écouter les oiseaux, observer le mouvement des feuilles dans les arbres, toucher les arbres, sentir l’herbe, …
  • La beauté : être attentif aux aspects esthétiques de la nature, apprendre à les observer dans les détails. Pour cela vous pouvez regarder des tableaux (profitez des visites de musées virtuelles …) ou encore des documentaires sur les chaînes nature. Dessiner, peindre …
  • Le sens : s’interroger sur le sens que la nature à pour nous. Quel est votre arbre préféré ? Qu’est-ce que cela évoque en vous ? Pourquoi ?
  • L’émotion : créer un lien affectif avec la nature. Laissez les émotions naturellement venir en vous. Observez ce qu’une promenade en forêt provoque chez vous ? Que ressentez-vous lorsque vous marchez dans l’herbe ? Quand vous touchez un arbre ? Et lorsque vous vous occupez de vos plantes d’intérieur ?
  • La compassion : que pourriez-vous faire pour la nature ? Comment pourriez-vous respecter d’avantage ce qui vit ? Quels sont les gestes que vous avez envie de faire ? Par exemple faire sortir un insecte plutôt que l’écraser, composter pour rendre à la terre, désherber à la main …

 

C’est en étant attentif à ces 5 aspects de la connexion à la nature, que le lien se crée.

 

Exercices pratiques pour travailler la connexion avec la nature, même depuis chez vous

  • Prêter attention au chant des oiseaux
  • Observer les feuilles sortir sur les arbres
  • Prendre soin de ses plantes d’intérieur
  • Regarder des documentaires
  • Visiter un musée à distance  (d’histoire naturelle, de peinture classique …) : La National Gallery de Londres pour y retrouver Monet, ou le Metropolitan Museum of Art à NY … Voir plus bas pour d’autres idées
  • Dessiner, peindre des plantes, des fleurs, des paysages … même si vous n’êtes pas un artiste. Téléchargez un mandala, un coloriage.
  • Participer au challenge Vigie nature : pour recenser les oiseaux des jardins. Tous les jours pendant le confinement, consacrez 10 minutes à recenser les oiseaux de votre jardin. Participer au projet oiseaux des jardins.

Les données seront compilées à la fin du confinement pour aider les scientifiques à mieux comprendre le comportement des oiseaux qui visitent les jardins. Il y a même une fiche d’observation pour vous aider.

cueillette de plantes medicinales

Cueillette de plantes médicinales : il n’est pas nécessaire de chercher très loin. Ici le lierre terrestre du fond du jardin.

Se connecter au grand réseau de la vie

Finalement, au travers du lien avec la nature, ce que nous recherchons c’est le sentiment d’être connecté à un ensemble plus grand que soi. Cela nourrit notre besoin de relation et d’appartenance y compris pour les personnes isolées ou les plus solitaires.

 

Le lien avec la nature permet de réaliser que tout est en tout, c’est le grand réseau de la vie.

Pour conclure, je vous propose la traduction d’un texte d’un moine Vietnamien, penseur et poète né en 1926 (le texte original en anglais se trouve sur le blog Fresh vista) :

Si vous êtes un poète, vous verrez clairement qu’un nuage flotte sur cette feuille de papier. Sans nuage, il n’y aurait pas de pluie ; sans pluie, les arbres ne peuvent pousser ; et sans arbres, nous ne pouvons pas fabriquer de papier. Le nuage est essentiel pour que le papier existe. Si le nuage n’est pas là, la feuille de papier ne peut l’être non plus. Alors nous pouvons dire que le nuage et le papier “inter-agissent” [inter-are en anglais]. (…)

Si on regarde encore plus profondément dans cette feuille de papier, on peut voir le soleil en elle. Si le soleil n’est pas là, la forêt ne peut pas pousser. En fait, rien ne peut pousser. Même nous, ne pouvons grandir sans soleil. Alors, nous savons que le soleil est aussi dans cette feuille de papier. Le papier et le soleil “inter-agissent”. Et si nous continuons à regarder, nous pouvons voir le bucheron qui a coupé l’arbre et l’a ramené à la scierie pour le transformer en papier. Et nous voyons le blé. Nous savons que le bucheron ne peut exister sans son pain quotidien, et c’est pourquoi le blé qui est devenu son pain est aussi dans cette feuille de papier. Et le père et la mère du bucheron y sont aussi. Quand on regarde de cette façon, on voit que sans toutes ces choses, la feuille de papier ne pourrait exister.

Regardant encore plus profondément, nous voyons que nous somme dedans aussi. Ce n’est pas difficile à voir, car lorsque nous regardons cette feuille de papier, la feuille fait partie de notre perception. Votre esprit est là et le mien aussi. Alors nous pouvons dire que tout est là dans cette feuille de papier”. Thich Nhat Hanh

 

 

Et vous, où en êtes-vous ? Comment vivez-vous la nature ou l’absence de nature pendant ce confinement ?

 

Ressources :

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  •  
  •   
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *